Forum du groupe de travail pour une Constituante


    [Alerte] Nuage radioactif

    Partagez
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Lun 30 Mai - 16:55

    Malheureusement pas la France Alter Egaux, sont bourriques nos vendeurs et exportateurs français, ils doivent s'estimer plus forts que les autres, meilleurs.....

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/05/30/97002-20110530FILWWW00550-nucleaire-paris-se-distingue-de-berlin.php

    Un article de journal allemand traduit, sur le blog de Fabrice Nicolino :

    http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1146#comment-25712

    Aveugles les français :
    http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1147
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Lun 30 Mai - 18:31

    FUKUSHIMA : Une équipe scientifique de la CRIIRAD est sur le terrain, depuis le 24 mai

    http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/mission_japon/11_05_27_mission_japon.pdf

    Mensonge de Tchernoby : Bis repetita ?

    http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/irsn/11_05_25_CP_irsn_22_mars.pdf

    La carte de l'activité de l'iode 131 en France le 22 mars 2011 :

    http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/irsn/iode_particulaire.pdf
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Lun 30 Mai - 22:09

    Dans une interview exceptionnelle, l’américain Jeremy Rifkin, président de la Fondation pour les tendances économiques à Washington (le FOET), nous démontre en 5 arguments factuels que l’ère du nucléaire arrive à son terme.
    "Je préside un groupe de 120 des plus grandes entreprises du monde dans le domaine de l'informatique,
    des transports, de la logistique, de l'énergie, de la distribution d'électricité, de la construction [...],
    ces sociétés savent que le nucléaire est mort" dit Jeremy Rifkin.

    ... "40% de toute l'eau potable consommée dans toute la France est utilisée pour refroidir les réacteurs nucléaires.
    Quand cette eau est rejetée, elle est chaude et déshydrate les écosystèmes ..."
    "L'aspiration à la liberté est une tendance fondamentale de l'homme.
    La résistance face aux monopolistes (monopolistes de l'information, monopolistes de l'énergie etc.)
    qui écrasent les petits, nul ne peut l'éliminer. Des millions de petits sont plus fort qu'un gros monopoliste … "

    http://www.youtube.com/watch?v=j_EbrOjIGkQ
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Mer 1 Juin - 17:10

    Il n'y a pas de petites économies, autant s'en prendre aux plus faibles !

    Rayonnements ionisants (communiqué de la FNME CGT)

    Exposition aux rayonnements ionisants, pénibilité, retraite : la FNME CGT interpelle le gouvernement !

    En plein débat sur les risques liés au nucléaire, après la catastrophe de FUKUSHIMA, le gouvernement a décidé de retirer dans le décret sur la pénibilité « l’exposition aux rayonnements ionisants » de la liste des risques ouvrant droits à une possibilité de départ en retraite anticipée pour les travailleurs exposés.

    Les travailleurs du nucléaire ont été ainsi mis à l’écart d’une disposition valable pour toutes les expositions professionnelles à des cancérogènes.

    Pourtant, toutes les données épidémiologiques montrent que l’exposition aux rayonnements ionisants, tout en respectant les limites des normes professionnelles, présente des risques de cancers et de leucémies supérieurs à ceux que représente l’exposition aux autres substances cancérogènes.

    Les dernières données épidémiologiques fournies par l’INSERM (janvier 2010) sur les sous-traitants indiquent que l’excès de risque relatif (1) (ERR) est de 1,54 pour les salariés ayant reçu une dose de 100 mSV alors qu’il est de 1,35 dans les industries chimiques ou 1,25 dans le BTP pour toute la carrière professionnelle (2).

    A la fin de leur carrière professionnelle, les travailleurs du nucléaire peuvent facilement atteindre les 400 ou 500 mSV. Ils peuvent même aller jusqu’à 800 mSV ! (40 ans à 20 mSV puisque c’est là le « risque acceptable » d’après les règles professionnelles).

    Néanmoins, selon les données épidémiologiques du CIRC (3) (sur 407 000 travailleurs du nucléaire dans 15 pays), le risque à cette dose cumulée carrière serait alors de 12% de surmortalité par rapport à une population non exposée. C’est 2 fois supérieur au risque que la CIPR (4) avait calculé à partir des survivants d’Hiroshima.

    C’est la raison pour laquelle la FNME CGT interpelle le gouvernement par courrier et demande de prendre un décret complémentaire visant à inclure les rayonnements ionisants parmi la liste des facteurs de risques professionnels permettant un départ anticipé en retraite au titre de l’environnement physique agressif.

    La FNME CGT utilisera l’ensemble des recours nécessaires, en lien avec la mobilisation des travailleurs du nucléaire, pour faire reconnaitre la pénibilité de l’emploi face à l’exposition aux rayonnements ionisants.

    Communiqué de la FNME CGT

    le 31 mai 2011

    *****************************************

    (1) Facteur par lequel le risque de maladie est multiplié en fonction d’une exposition spécifique. C’est le risque supplémentaire dû à une exposition par rapport au risque d’une population non exposée.
    (2) Ellen IMBERNON, cancers professionnels : vers une meilleur connaissance, rapport INVS/2009
    (3) Cardis, E., et al., 2005
    (4) Commission internationale de protection contre les rayonnements, préconisations CIPR 60 adoptée par l’AIEA en 1990.

    http://www.humanite.fr/31_05_2011-rayonnements-ionisants-communiqu%C3%A9-de-la-fnme-cgt-473334

    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Ven 3 Juin - 17:55

    La situation à FUKUSHIMA

    Mise à jour n° 266 (vendredi 10h09)

    105.100 tonnes d’eau hautement contaminée ont fui de la centrale, estime l’opérateur, qui en donne le détail réacteur par réacteur, mais qui reste toujours autant démuni à l’approche de la saison des pluies qui va accroître cette masse.

    La cote d’alerte qu’il s’était donné est dépassée : le danger d’un débordement sur le sol du site et dans l’océan est très grand. Cette masse d’eau contaminée charrie 720.000 terabecquels (TBq) de substances radioactives. [1 TBq correspond à 12 zéros].


    Il cherche sur le site des lieux de stockage provisoires de l’eau, n’étant pas encore en mesure de commencer à la filtrer pour la décontaminer partiellement. Un réservoir souterrain de 100.000 tonnes devrait être prêt, mais seulement à mi-août, selon ses prévisions.

    La capacité de filtrage qu’il met en place permettra de traiter 1.200 tonnes d’eau par jour. Environ trois mois seront nécessaires pour décontaminer partiellement les 100.000 tonnes d’eau actuelles, dont la quantité croît quotidiennement, avec ou sans pluie.

    Les efforts de refroidissement de l’eau de la piscine n°2 ont par ailleurs été couronnés de succès plus rapidement que prévu. Si la vapeur qui envahissait le bâtiment cessait d’être produite, il pourrait y être installé des systèmes de purification de l’air afin de décontaminer l’atmosphère ambiante, sur le modèle de ce qui a été fait dans le bâtiment du réacteur n°1.

    L’opérateur prévoir d’installer des systèmes de refroidissement de l’eau des piscines des trois autres réacteurs, en juin et en juillet.

    Mais tous ces efforts seront contrariés, si la bataille de l’eau contaminée n’était pas prioritairement gagnée.
    .....
    ...

    http://www.pauljorion.com/blog/?p=25026

    Je vous laisse lire les commentaires. L'eau radioactive suivra principalement les courants, menace sur les poissons et menace sur la chaine alimentaire....

    « Kamikazes » à Fukushima, « liquidateurs » à Tchernobyl : le salaire de la peur

    http://www.bastamag.net/article1526.html

    Japon: les « intouchables » de Fukushima

    http://www.marianne2.fr/Japon-les-intouchables-de-Fukushima_a205023.html

    Le nucléaire est mort (vidéo déjà mise je crois)

    http://www.youtube.com/watch?v=4m3Mis9vIX0

    Sécheresse : nucléaire et agriculture, une bataille de l'eau

    http://www.dailymotion.com/video/xiwyy0_secheresse-nucleaire-et-agriculture-une-bataille-d-eau_webcam

    Centrale de Civaux, l'eau au compte-gouttes

    http://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/ACTUALITE/24-Heures/La-centrale-de-Civaux-gere-l-eau-au-compte-gouttes

    Un premier réacteur nucléaire mis à l’arrêt à cause de la sécheresse ?

    http://www.france-info.com/france-regions-2011-06-02-un-premier-reacteur-nucleaire-mis-a-l-arret-a-cause-de-la-secheresse-540742-9-13.html

    Centrale de Civaux, EDF ment-elle ?

    http://www.rmc.fr/editorial/164498/centrale-nucleaire-de-civaux-a-larret-edf-ment-elle/

    Pollution thermique du milieu aquatique

    http://www.observatoire-environnement.org/tbe/Pressions-dues-a-la-production-d.html

    Plongée dans la « piscine » de la centrale de Fessenheim

    http://www.lalsace.fr/actualite/2011/06/03/une-plongee-dans-la-piscine-de-la-centrale-de-fessenheim

    « Le nucléaire est un déni de démocratie de A à Z », Albert Jacquard, généticien

    http://www.lalsace.fr/actualite/2011/06/03/albert-jacquart-le-nucleaire-est-un-deni-de-democratie-de-a-a-z

    Industrie nucléaire : les Français ringards de l'Europe.

    http://lesaliboffis.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/06/03/industrie-nucleaire-les-francais-ringards-de-l-europe.html

    Vidéos et textes en anglais :

    http://www.fairewinds.com/updates

    Deux employés irradiés, ils sont en bonne santé (??) - A ce train là, on va bientôt nous sortir "consommer radioactif est bon pour la santé !!)

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/06/03/97001-20110603FILWWW00411-fukushima-2-employes-irradies.php

    Et pour faire taire les mauvaises langues : Japon : les éoliennes offshore ont résisté et fonctionnent

    http://energiesdelamer.blogspot.com/2011/03/japon-les-eoliennes-offshore-ont.html

    Nous sommes arrivés à un tournant décisif, il va falloir choisir entre :

    - Boire ou conduire (schiste)
    - Boire ou manger (sécheresse)
    - Boire ou s'éclairer, se chauffer (centrales nucléaires)

    Irak : dégâts collatéraux des armes à l'uranium :


    http://www.radio-canada.ca/emissions/telejournal/2010-2011/Reportage.asp?idDoc=143926&autoPlay

    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Dim 5 Juin - 20:56

    Lauvergeon dénonce l'inertie japonaise

    Avec Reuters
    05/06/2011 | Mise à jour : 11:02 Réactions (9)

    Anne Lauvergeon, présidente d'Areva, s'étonne de l'inertie de l'état japonais face à la catastrophe de Fukushima, rejette le low cost et mise sur la sûreté pour continuer à vendre du nucléaire.

    Dans une interview au Journal du dimanche, elle estime que "personne n'aurait imaginé qu'un État aux structures aussi sophistiquées que le Japon puisse être incapable de venir au secours d'une centrale."

    "Un tel État au tapis, vous l'auriez imaginé, vous ? Cela fait partie des leçons de Fukushima", dit-elle. Anne Lauvergeon en tire la leçon que "le nucléaire post-Fukushima doit reposer sur toujours plus de sûreté, de sécurité et de transparence."

    "Ce n'est pas négociable. Avec les électriciens, un peu partout dans le monde, nous travaillons à adapter les centrales existantes aux leçons de Fukushima", assure-t-elle. Interrogée sur la décision de l'Allemagne de sortir du nucléaire d'ici à 2022, Anne Lauvergeon estime qu'il s'agit de l'application d'une décision prise par Gerhard Schröder en 2002 et qu'Angela Merkel "a fait une brusque volte-face pour des raisons politiques."

    "Le reste de l'Europe réagit différemment", assure-t-elle, soulignant que la Grande-Bretagne a annoncé le maintien de son programme nucléaire et que le Parlement polonais vient de voter le sien à 90%.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/05/97002-20110605FILWWW00060-lauvergeon-denonce-l-inertie-japonaise.php

    Mais qu'attends Mme Lauvergeon pour aller donner des conseils sur place, après tout c'est la France qui fournit le MOX ; aurait-elle peur d'être irradiée par ce dont elle fait la promotion ?
    Evidemment, elle est mieux le c.. dans son fauteuil !


    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Dim 5 Juin - 21:36

    Fukushima : Ichiro Ozawa, politique japonais n° 2 : "Le gouvernement ne dit pas la vérité sur la gravité de la situation.

    http://www.next-up.org/pdf/Wall_Street_Journal_Ichiro_Ozawa_Le_Gouvernement_ne_dit_pas_la_verite_sur_la_gravite_de_la_situation_04_06_2011.pdf
    avatar
    Alter Egaux

    Messages : 306
    Activité et ancienneté : 432
    Popularité des contributions : 58
    Date d'inscription : 17/02/2011
    Localisation : Seine et Marne

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Alter Egaux le Lun 6 Juin - 5:04

    Oh oh, les sondages sur le nucléaire semble bouger, post-Fukushima :

    • 15% Arrête rapidement son programme nucléaire et de faire fonctionner ses centrales,
    • 62% Arrête progressivement sur 25 ou 30 ans son programme nucléaire et de faire fonctionner ses centrales,
    • 22% Poursuive son programme nucléaire et construise de nouvelles centrales,
    • 1% Ne se prononcent pas.


    Vu le nombre de partis politiques ambigües sur la question du nucléaire français, il va falloir qu'ils fassent évoluer leur logiciel pour 2012....
    Car la sortie du nucléaire va être LE sujet de la présidentielle 2012, et plus globalement la transition énergétique.
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Lun 6 Juin - 16:28

    Alter Egaux a écrit:

    Vu le nombre de partis politiques ambigües sur la question du nucléaire français, il va falloir qu'ils fassent évoluer leur logiciel pour 2012....
    Car la sortie du nucléaire va être LE sujet de la présidentielle 2012, et plus globalement la transition énergétique.

    Je le pense aussi Alter Egaux, d'autant plus que le drame de Fukushima ne sera certainement pas terminé... pale

    Mais il reste encore du monde à convaincre

    Nucléaire: "vital" pour l'économie russe

    AFP
    06/06/2011 | Mise à jour : 17:51 Réagir

    L'énergie nucléaire est vitale pour le développement de l'économie mondiale, a estimé lundi Sergueï Kirienko, le responsable du nucléaire russe, alors que plusieurs pays remettent en cause cette énergie après l'accident de la centrale japonaise de Fukushima.

    "Dans les dix prochaines années, (recourir à) l'énergie nucléaire est une condition nécessaire pour un développement stable et prospère de l'économie mondiale", a déclaré M. Kirienko, président de l'Agence fédérale de l'énergie atomique russe (Rosatom).

    "L'énergie nucléaire est la locomotive du développement innovateur de l'humanité", a-t-il ajouté en ouvrant à Moscou une conférence intitulée "Le développement de l'énergie atomique: pause ou poursuite?".
    "Personne n'a le droit d'empêcher à un pays d'avoir accès à cette source d'énergie fiable et stable", a-t-il renchéri au cours de cette conférence prévue sur trois jours.
    Depuis la crise nucléaire au Japon, les protestations se sont multipliées à l'encontre de cette énergie.

    Les déclarations du chef du nucléaire russe interviennent alors que le gouvernement allemand a adopté lundi un projet de loi qui fera de l'Allemagne la première grande puissance économique du monde à tourner le dos au nucléaire d'ici à 2022.
    Mais malgré la catastrophe de Fukushima, les autorités russes ont de leur côté annoncé qu'elles ne modifieraient pas leur politique en la matière.
    "Le monde doit avoir des garanties absolues que l'énergie nucléaire soit sûre. Cela va nécessiter de trouver des solutions, à commencer par des changements dans la législation internationale", a néanmoins souligné M. Kirienko.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/06/97002-20110606FILWWW00734-nucleaire-vital-pour-l-economie-russie.php
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Lun 6 Juin - 16:33

    Le "Corps des Vétérans" du nucléaire fait le choix du sacrifice. Un geste très fort de ces retraités à l'encontre des plus jeunes qui sont sacrifiés. Chapeau Messieurs...

    Au Japon, le "Corps des vétérans" se propose de remplacer les jeunes salariés en poste à Fukushima

    LEMONDE | 06.06.11 | 11h47

    Les volontaires seniors, qui ont répondu à l'appel lancé par Yasutero Yamada, ont pris contact avec des hommes politiques et Tokyo Electric Power Company (Tepco), opérateur de la centrale. Mais leur proposition n’a pas été retenue.

    Les volontaires seniors, qui ont répondu à l'appel lancé par Yasutero Yamada, ont pris contact avec des hommes politiques et Tokyo Electric Power Company (Tepco), opérateur de la centrale. Mais leur proposition n’a pas été retenue.AFP/YOSHIKAZU TSUNO

    Tokyo, correspondant - Ils sont près de 250, âgés d’une soixantaine d’années et plus, prêts à braver les risques d’irradiation à la centrale nucléaire Daiichi à Fukushima, endommagée par la catastrophe du 11 mars.

    Ces hommes, ingénieurs, médecins, ou simples salariés, ont répondu à l’appel de Yasuteru Yamada (72 ans), ingénieur retraité de Sumitomo Metal Industries : en voyant à la télévision les employés qui se relaient chaque jour auprès de réacteurs 2 et 3, dont les barres de combustible sont en fusion partielle, M. Yamada a pensé qu’il devait faire quelque chose.

    Il estime que sa génération a, "consciemment ou non", soutenu la politique nucléaire dont on constate aujourd’hui les carences et que c’est à elle d’en assumer les conséquences et non aux jeunes envoyés pour stabiliser les réacteurs. "Ce n’est en rien une mission suicide !, explique-t-il. Nous avons peut-être quinze ou vingt ans à vivre : pas assez pour développer un cancer dû aux radiations !"

    Après son appel, 247 retraités se sont manifestés pour exprimer leur sens de la responsabilité. Ainsi est né le "Corps des vétérans". Les volontaires seniors ont pris contact avec des hommes politiques et Tokyo Electric Power Company (Tepco), opérateur de la centrale. Mais leur proposition n’a pas été retenue.

    Un autre groupe de seize vaillants seniors volontaires, anciens experts nucléaires, procède au nettoyage des maisons dans l’agglomération d’Iitate, à une dizaine de kilomètres à l’extérieur de la zone de confinement (20 kilomètres), où a été néanmoins détecté un taux élevé d’irradiation.

    A FUKUSHIMA, LA SÉCURITÉ DU PERSONNEL EST LOIN D'ÊTRE ASSURÉE

    La situation à la centrale de Fukushima est loin d’être stabilisée. Tepco a annoncé, dimanche 5 juin, l’envoi par camions de 370 citernes pour entreposer des dizaines de milliers de litres d’eau contaminée, qui a été déversée pour refroidir les réacteurs. Ces citernes ont une capacité totale de 40 000 tonnes. Tepco, dont l’action a fortement chuté (27,62 %), lundi 6 juin, minée par des informations faisant état de pertes massives, espère stabiliser la température des réacteurs en dessous de 100°C d’ici à janvier.

    Près de trois mois après le séisme et le tsunami du 11 mars, la sécurité du personnel qui travaille par roulement à tenter de refroidir les réacteurs est loin d’être assurée. Selon le docteur Takeshi Tanigawa, directeur du département de santé publique à l’université d’Ehime, qui s’est rendu à plusieurs reprises à la centrale de Fukushima, "les conditions de travail et de repos, souvent en dortoir, se sont améliorées, mais elles restent très précaires et le manque de sommeil pour récupérer peut entraîner des accidents". "Les employés sont victimes de stress : ils sont confrontés au danger et parfois portent en eux la douleur de la perte d’un proche ou de leur maison lorsqu’ils vivaient à proximité, analyse le médecin. Lorsqu’ils rejoignent leur famille dans des centres d’accueil, certains se sentent ostracisés par les autres sinistrés qui, tout en admirant leur courage, les critiquent d’avoir travaillé pour Tepco."

    Deux employés qui travaillaient dans la salle de contrôle des réacteurs 3 et 4 ont été officiellement reconnus, vendredi 3 juin, irradiés par des doses supérieures au seuil limite de 250 millisieverts par an.

    Les personnes âgées ont été la couche de la population la plus touchée par la catastrophe. C’est aussi une génération qui, ayant connu les difficultés et les sacrifices au lendemain de la seconde guerre mondiale, a un sens civique enraciné. Le dévouement des volontaires seniors suscite d’autant plus d’admiration que la classe politique – composée pour une bonne partie de sexagénaires – a donné une piètre image d’elle-même avec le dépôt, jeudi 2 juin, d’une motion de censure, pour le moins mal venue dans la crise que traverse le pays. Elle a été rejetée à la suite d’un engagement du premier ministre, Naoto Kan, de se retirer dans les prochains mois.

    Mais ce chaos politique a été ressenti avec amertume, sinon avec colère, par l’opinion, alors que chaque jour des hommes risquent leur santé à la centrale, que 100 000 personnes vivent toujours dans des centres d’accueil et que des sinistrés fouillent encore les décombres à la recherche des restes de leurs proches.

    Philippe Pons

    http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/06/06/fukushima-le-corps-des-veterans-propose-son-aide_1532374_1492975.html#xtor=AL-32280184
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Lun 6 Juin - 16:50

    Le point de vue du scientifique français Jean-Pierre Petit, sur le nucléaire et sur ITER :

    Jean-Pierre Petit sur l’énergie nucléaire : état des lieux et perspectives

    5 juin 2011, 17:01

    Nous vous présentons un deuxième extrait de nos entretiens avec Jean-Pierre Petit, scientifique français spécialiste en mécanique des fluides, physique des plasmas, magnéto-hydrodynamique et physique théorique. Cette vidéo évoque les dangers de l’énergie nucléaire, le projet Iter (voir également le texte sous la vidéo) et les énergies alternatives.

    A propos d’ITER, par Jean-Pierre Petit
    ITER est un projet qui a été ultra-médiatisé depuis longtemps. Médiatisé et schématisé à l’extrême, en tentant de résumer ce projet à des images accrocheuses comme “le soleil en éprouvette”, “de l’énergie illimitée”, etc. Mais la science ne se joue pas à coup d’images fantasmatiques et de clips vidéos, assortis de belles images de synthèse.

    L’idée d’extraire de l’énergie par la fusion de deux isotopes de l’hydrogène, le deutérium et le tritium est fondée sur deux réactions, et non sur une seule. Le deutérium abonde dans la nature. Il n’est pas radioactif. Le tritium n’existe pas en quantités appréciables à l’état naturel. Doté d’une durée de vie de 12,3 années, il est radioactif et donc biotoxique.

    Pour démarrer, un réacteur à fusion devrait être chargé d’une mélange D-T à 50/50. Puis différents moyens de chauffage porteraient ce mélange à une température dépassant cent millions de degrés, pour que les réactions de fusion, donnant un noyau d’hélium et un neutron de forte énergie, puissent démarrer. Un système de confinement magnétique, maintes fois décrit, est là pour palier éviter l’évasion de ce plasma.

    En 1991, cette fusion D-T a pu être obtenue dans le tokamak anglais JET, à Culham, Angleterre, pendant une courte seconde. Durant ce temps de fonctionnement, la fusion a produit une énergie brute équivalant à 70 % de l’énergie qui avait été injectée. On appelle ceci le coefficient Q. Grosso modo, l’énergie dégagée croît comme le volume du plasma, alors que les pertes évoluent comme la surface du plasma. Très schématiquement on peut donc dire que si on prend une machine deux fois plus grande (le rapport d’ITER vis à vis du JET) ce rapport Q sera doublé.

    Il paraît très probable que ce but sera atteint, mais ceci laisse un vaste arrière plan de problèmes non résolus. Par ailleurs, ce qui est visé dans ITER est un temps de fonctionnement plus long (400 à 1000 secondes) qui ne peut être assuré qu’en créant le champ magnétique à l’aide d’un système supraconducteur, baignant dans de l’hélium liquide, refroidi à moins 270°C.

    Dans cette optique le projet s’est appuyé sur les travaux réalisés par les Français, à Cadarache, sur un tokamak équipé d’un aimant supraconducteur, développant 4 teslas, d’une taille plus modeste, mais qui a pu permettre de créer ce champ magnétique pendant 6 minutes, la température à laquelle le plasma était portée restant inférieure à la température de démarrage des réactions de fusion. Les travaux réalisés sur Tore Supra, ainsi que sur d’autres machines ont donné quelques indications sur les interactions plasma-paroi, sans conduire à une formule valable. On a recouvert la surface interne du tore par des tuiles de carbone.

    Mais celles-ci se sont comportées comme des “pompes à hydrogène”, absorbant en particulier le tritium, radioactif. Ce choix n’a donc pas été retenu. Le projet ITER est donc censé démarrer sans qu’on ait testé le comportement de la “première paroi”, au contact du plasma de fusion. Dans cette chambre de 1000 mètres carrés, 700 doivent être recouverts d’un métal léger, le béryllium, notoirement toxique (maladie professionnelle : la bérylliose) et cancérigène.

    Il fond à 1280°C et bout à 2400. Les 300 mètres carrés restant devraient être tapissés de tungstène, plus résistant en température (3000°C), mais présentant d’autres inconvénients Le problème le plus important a été occulté. Un générateur à fusion ne saurait fonctionner avec un apport extérieur de tritium. Il n’y aura pas “d’usine à tritium” à la clé, extérieure au réacteur. Ce tritium devra être synthétisé dans une couverture le lithium, immédiatement au contact de la première paroi.

    Cette synthèse donne du tritium et de l’hélium, en absorbant au passage les neutrons émis par la fusion, qui franchissent sans encombre la barrière magnétique. Le lithium est un métal à bas point de fusion : 180°C, ébullition à 1300°C. La réaction est donc : neutron plus lithium donne hélium plus tritium plus énergie (la réaction est exothermique) Ce qui fait que le fonctionnement global d’un réacteur à fusion, est Deutérium plus lithium donne deux hélium plus de l’énergie.

    On voit que ceci est censé assurer au passage une indispensable protection du fragile aimant supraconducteur, qui se situe immédiatement après cette couverture tritigène (dont feu le prix Nobel de Gennes signalait la fragilité, tandis que Masatoshi Koshiba, autre prix Nobel, Japonais, s’inquiétait de l’impact de neutrons dotés d’une forte énergie : 14 Mev,contre 2 Mev pour les neutrons émis lors de la fission.

    Le lithium peut se trouver à l’état liquide, mélangé à du plomb. Le refroidissement serait alors assuré par de l’eau pressurisée. Dans la seconde formule le lithium serait intégré dans une céramique, auquel cas le réfrigérant, et fluide caloporteur serait de l’hélium. Il n’est pas prévu, dans la manip ITER, de tester l’ensemble. C’est à dire que la machine sera incomplète. Seuls de timides essais de comportement d’éléments tritigènes seront envisagés, alors qu’avant de lancer ce projet, ces essais auraient du en toute logique être effectués sur le JET.

    En fait, dans l’expérience ITER, le fragile aimant supraconducteur sera simplement protégé du bombardement neutronique par une couche protectrice, par exemple en plomb, qui fera au passage office de puits de chaleur.

    Ca n’est que dans DEMO, la machine suivante, que la production d’énergie par fusion serait associée à une régénération du tritium par l’indispensable couverture tritigène. Il ne semble pas raisonnable d’engager un projet aussi coûteux et lourd sans que ces éléments tritigènes aient fait l’objet de tests préalables, positifs. ITER comporte trop d’aléas, trop de problèmes non résolus.

    Au passage, le lithium est extrêmement réactif, brûle dans l’air et explose au contact de l’eau. Il se compose avec de nombreux corps, l’oxygène, l’eau et même l’azote, et ses composés sont toxiques. La liste des problèmes non résolus, pour ce projet ITER, est longue. Personne ne peut préjuger du comportement de la première paroi en béryllium.

    En dépit de décennies de travaux, les plasmas de fusion restent foncièrement instables. L’image qu’on en donne, vis à vis de leur confinement magnétique, est de les comparer à une chambre à air mal gonflée qu’on tenterait d’emprisonner avec des bandes elles-mêmes élastiques. Au hasard de ces manifestations d’instabilités, ce plasma entre en contact avec la paroi et l’abrase. Un réacteur à fusion est une chaudière, qui produit “de la cendre”, en l’occurrence de l’hélium, qu’il faudra extraire en continu. Pas plus de 10 % d’hélium, sinon extinction.

    Le réacteur à fusion comprend donc un système d’extraction et de réinjection appelé divertor, situé à la base de la chambre, comportant deux rainures bien visibles. Là, le plasma sera en contact avec la paroi et le tungstène devra être utilisé. Il y aura immanquablement arrachement d’atomes, à la fois de béryllium et de tungstène, qui viendront polluer le plasma. Le divertor, outre qu’il est là pour extraire la “cendre-hélium” et réinjecter du combustible frais, du mélange D-T, devra dépolluer le plasma en continu.

    La pollution par le tungstène est très problématique, car ces atomes sont alors la source d’un refroidissement radiatif intense, pouvant entraîner l’arrêt des réactions de fusion. Tout ceci n’a pas été testé, et cela fait beaucoup d’expériences inédites à la fois, pour une machine à 15 milliards d’euros. Au niveau de DEMO, la machine, deviendra en outre foncièrement dangereuse, du fait de la présence du lithium et du plomb. L’extraction des calories, déjà testée sur Tore-Supra, passe par des canalisations à eau pressurisée. Une cohabitation problématique et dangereuse.

    On a coutume de dire qu’un générateur à fusion ne présente pas le risque des générateurs à fission, étant donné qu’au moindre disfonctionnement, les réactions de fusions cessent immédiatement. Certes. Mais le danger réside dans les “périphériques”. Si le lithium est mis en contact avec l’air, il brûle. S’il est au contact d’eau, il explose, ceci entraînant aussitôt la dislocation de la première paroi en béryllium, toxique, cancérigène. Si la formule du mélange lithium-plomb il y aura émission de plomb, également biotoxique,. Emission du tritium, radioactif, contenu dans la chambre et de celui produit dans une couverture tritigène disloquée.

    Tout disfonctionnement du réacteur complet deviendrait immédiatement ingérable. Si le lithium brûle, on ne sait pas l’éteindre. L’hélium liquide voisin sera alors vaporisé. L’énorme énergie contenue dans l’aimant sera alors dégagée par effet Joule, via des forces considérable. On a délibérément laissé le public et les décideurs dans l’ignorance de ces aspects que les concepteurs du projet ne sauraient nier, ressortant l’éternel argument “il n’y a pas de risque zéro”.

    Conclusion : Il s’agit d’un projet d’un coût incontrôlable, problématique et à terme extrêmement dangereux au plan de la simple santé publique.

    http://www.enquete-debat.fr/archives/jean-pierre-petit-sur-lenergie-nucleaire-etat-des-lieux-et-perspectives

    http://www.dailymotion.com/video/xj2u9z_jean-pierre-petit-extrait-dvd-sur-le-nucleaire-et-les-manieres-d-en-sortir_news#from=embed

    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Mar 7 Juin - 21:15

    Fukushima : Plutonium dans le sol, élargissement de la zone d'évacuation,....

    http://www.next-up.org/pdf/Importante_reevaluation_officielle_du_desastre_environnemental_nucleaire_de_Fukushima_Daiichi_07_06_2011.pdf
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Sam 11 Juin - 14:05

    Sécurité nucléaire : des salariés d'EDF inquiets

    Par lefigaro.fr
    11/06/2011

    Chez EDF, cadres et techniciens s'insurgent contre une note interne, dévoilée par «Le Parisien - Aujourd'hui en France», qui prévoit d'accroître le rythme de travail. Au risque de nuire à leur vigilance.

    Pour de nombreux salariés d'EDF, c'est la sécurité des centrales nucléaires qui est en jeu. Ces derniers s'inquiètent d'une note interne rendue publique ce samedi par Le Parisien Aujourd'hui en France, qui prévoit d'accroître la durée maximale de travail dans les centrales nucléaires lors des «arrêts de tranche», ces moments durant lesquelles les réacteurs sont arrêtés, notamment pour maintenance.

    Lors de ces périodes peu rentables, EDF souhaiterait en effet pouvoir redémarrer au plus vite les réacteurs en faisant travailler davantage ses salariés. Le courrier daté du 10 mai dernier et adressé par le directeur adjoint de la production nucléaire d'EDF, Philippe Druelle, à chaque directeur de centrale, prévoit ainsi de «demander des dérogations aux durées maximales de travail auprès des inspecteurs du travail» ou de la Direction régionale du travail. Une mesure qu'EDF souhaiterait appliquer «d'ici l'été 211».

    Le projet suscite l'ire des syndicats et l'inquiétude des salariés. «EDF s'organise pour légaliser des dérives horaires inacceptables et dangereuses pour les salariés et donc la sûreté nucléaire», a estimé la CGT. «EDF veut passer en force et avoir la main sur le temps de travail de ses cadres, y compris les week-ends et les jours fériés, en créant une zone de non-droit, en dehors de toute législation sur l'organisation du travail», a renchéri dans le quotidien Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche à l‘Inserm.
    Baisse de vigilance

    Alors que ces périodes d'arrêts de tranche, qui durent généralement de un à trois mois, se traduisent d'ores et déjà par un accroissement du rythme de travail pouvant aller du simple au double, avec des astreinte de nuit et de week-end, les salariés s'inquiètent des conséquences d'un tel changement sur leur santé et leur efficacité. «Nous faire travailler douze heures voire plus, c'est aberrant, témoigne un cadre technique de la centrale de Chinon. Au-delà d'une certaine limite, on ne peut plus être vigilant à 100%». «Je fais consciencieusement mon travail afin de ne pas mettre en danger le fonctionnement du site. Mais c'est déjà au détriment de ma santé. A l'échelle nationale, il est impossible de continuer à ce rythme sans conséquence», estime encore un ingénieur de la centrale du Blayais en Gironde.

    De son côté, EDF dément formellement vouloir accroître les horaires de travail de ses salariés. «Il s'agit d'un malentendu. […] Il ne sera jamais question de faire travailler les cadres 78 heures par semaine. Ce serait contraire aux valeurs d'un exploitant nucléaire responsable», s'est défendu Bernard Lassus, directeur des ressources humaines du groupe, dans les colonnes du Parisien - Aujourd'hui en France. Celui-ci assure que les rencontres avec la direction générale du travail visent au contraire à «clarifier l'organisation du travail», de façon à «permettre aux cadres de prendre leur repos journalier de 11 heures».

    Un technicien d'Areva dénonce une sécurité insuffisante à la Hague

    Un technicien retraité de l'usine de traitement des déchets nucléaires de la Hague a mis en garde mercredi contre «l'insuffisante sécurité» du site, qui abrite pourtant l'un des plus gros volumes de matière radioactive dans le monde. Entendu par la Commission locale d'information (CLI) du site, il a défendu l'idée selon laquelle Areva devrait faire construire «une cathédrale de béton» contre les projectiles éventuels, quand le site n'est actuellement protégé que par un «simple bardage métallique». Car si un projectile atteint les piscines, qui contiennent l'équivalent des rejets de 100 réacteurs, «ce serait pire que Fukushima», a-t-il estimé. De son côté, Areva juge que la sécurité du site est d'ores et déjà assurée grâce à l'existence de dispositifs d'intervention en cas de survol de l'usine.

    http://www.lefigaro.fr/societes/2011/06/11/04015-20110611ARTFIG00363-securite-nucleaire-des-salaries-d-edf-inquiets.php

    Areva: la sécurité de la Hague en cause

    AFP
    11/06/2011

    Trois mois après la catastrophe de Fukushima, un technicien retraité de l'usine Areva de La Hague a provoqué des remous cette semaine en se présentant publiquement devant une commission officielle pour dénoncer la sécurité "insuffisante" du site, un des plus riches en matières radioactive au monde.

    "La région ne doit pas être sacrifiée pour le bien être de la collectivité nationale", a lancé mercredi Guislain Quetel, 66 ans, dont 35 consacrés à la protection des salariés de La Hague contre les radiations.

    Le technicien a tenté de convaincre mercredi la commission locale d'information (CLI) du site, qui regroupe élus locaux, experts, syndicats et associations, de faire construire une "cathédrale de béton" contre les éventuels projectiles, par avion ou tir de mortier depuis la campagne environnante.

    Tous les combustibles irradiés de France sont immergés dans les quatre piscines de La Hague avant d'être retraités par Areva. Or les installations "ne sont couvertes que par un simple bardage métallique", a argumenté le technicien, ancien syndicaliste CFDT.

    Les piscines contiennent l'équivalent en rejets radioactifs potentiels de 100 réacteurs, si un projectile explosif les atteint, "là, c'est pire que Fukushima" dit l'ancien radioprotectionniste.

    Par comparaison, sur le chantier voisin de Flamanville, où se construit le nouveau réacteur EPR et avec sa piscine pour immerger les combustibles dès leur sortie, "on nous parle d'une coque résistant à la chute d'un avion gros porteur", souligne M. Quétel.

    Lors de la réunion de la CLI, le radioprotectionniste a parlé d'un ton parfois hésitant face à un public loin d'être acquis mais avec le verbe précis de l'orateur convaincu de connaître son sujet mieux que ses auditeurs.

    Son intervention publique a fait l'objet de "tergiversations", selon la présidence de la CLI.

    Le bureau chargé de l'ordre du jour lui a d'abord refusé la tribune et il a fallu que des membres de la CLI comme Greenpeace ou la chercheuse au CNRS Monique Sené envoient un courrier commun de protestation."On a voulu m'interdire de parler par crainte que je ne fasse le jeu des antinucléaires", dit M. Quétel.

    Dans les années 90, ses prises de positions lui avaient valu le surnom de "curé de la radioprotection" au sein de l'entreprise. "Lorsque j'avais alerté le PDG de l'époque Jean Syrota puis évoqué ces questions dans un documentaire diffusé sur Canal +, j'ai été progressivement mis en quarantaine de la CFDT", raconte-t-il.

    Parti en retraite en 2001, le technicien a décidé de renouer avec le militantisme après la catastrophe de Fukushima, poussé par "des amis comme Jean-Claude Zerbib" ancien ingénieur au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) qui cosigne le résumé écrit de son exposé.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/11/97002-20110611FILWWW00332-areva-la-securite-de-la-hague-en-cause.php

    Les langues commencent à se délier.
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Sam 11 Juin - 14:12

    Aujourd'hui et demain dimanche, référendum pour la sortie du nucléaire en Italie

    http://www.next-up.org/pdf/Italie_Silvio_Berlusconi_vient_de_perdre_tous_ses_recours_le_referendum_sur_la_sortie_de_nucleaire_aura_bien_lieu_09_06_2011.pdf

    Lundi 13, nous saurons si l'Italie a rejoint les pays qui ont décidé de sortir du nucléaire.
    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  marc le Dim 12 Juin - 22:29

    En part de production, ce sont les pays peu engagés dans le nucléaire qui font le pas,
    Compilation chiffres bruts énergie.
    93-95 : http://www.ieer.org/ensec/no-1/no1frnch/engmond.html
    Production d'electricité d'origine nucléaire, europe :
    P > 50% Belgique France Lituanie Slovaquie
    P faible : Autriche Pologne Irlande Portugal.
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Lun 13 Juin - 17:49

    Les italiens ont dit NON Smile

    Les Italiens disent adieu au nucléaire


    Le Point.fr - Publié le 13/06/2011 à 19:39
    Lors d'un référendum, une écrasante majorité de votants s'est exprimée pour l'abandon du programme énergétique défendu par Silvio Berlusconi.

    Trois mois après Fukushima, les Italiens ont définitivement dit adieu lundi au retour à l'énergie nucléaire, abandonnée en 1987, un nouveau coup d'arrêt pour l'atome en Europe deux semaines après l'annonce de son abandon par l'Allemagne. Selon des résultats prenant en compte plus de la moitié des bureaux de vote vers 19 heures, une écrasante majorité de 94,6 % s'est prononcée contre le nucléaire lors d'un référendum. "Nous devrons dire adieu à l'option des centrales nucléaires et nous engager fortement sur les énergies renouvelables", a reconnu le chef du gouvernement Silvio Berlusconi avant même la clôture du scrutin. Écologistes et opposition de gauche ont salué une "victoire historique", selon les termes de Greenpeace.

    Le résultat du référendum signifie "un adieu définitif au nucléaire", estime Stefano Ciafani, directeur scientifique de l'organisation écologiste Legambiente. En Italie, le gouvernement ne peut pas aller à l'encontre du résultat d'un référendum durant cinq ans, mais il serait impensable politiquement de reproposer l'atome une fois ce délai passé, alors que les Italiens ont dit non deux fois en vingt-quatre ans, note-t-il.

    Projet-phare de Berlusconi

    Après l'accident de Fukushima, le gouvernement avait enterré en avril son programme de réintroduction du nucléaire, énergie abandonnée en 1987 après un référendum organisé à la suite de la catastrophe de Tchernobyl. Mais le Cavaliere espérait que les Italiens seraient prêts à y revenir dans un an ou deux. Il avait d'ailleurs reconnu que l'abrogation du programme avait notamment pour but de faire annuler le référendum en le privant de sa raison d'être, de peur qu'il n'empêche de manière définitive le retour à l'atome.

    Le nucléaire était un projet-phare de Silvio Berlusconi, annoncé dès son retour au pouvoir en 2008 et destiné à réduire la dépendance énergétique de l'Italie, dont l'approvisionnement repose notamment beaucoup sur la Libye. Le groupe italien Enel s'était allié avec le français EDF pour construire quatre réacteurs EPR à partir de 2014 pour une mise en service en 2020. En raison de la décision du mois d'avril, le référendum ne portait plus sur l'abrogation du programme nucléaire, mais sur un article de la loi y mettant fin, mais n'excluant pas explicitement l'atome de la future stratégie énergétique. Cette interprétation juridique des promoteurs du référendum, contre laquelle le gouvernement avait déposé un recours, a été validée par la Cour de cassation et la Cour constitutionnelle.

    Une dynamique européenne

    Sur le plan européen, ce "non" des Italiens au nucléaire est un nouveau coup d'arrêt pour l'atome, alors que l'Allemagne a décidé le 30 mai de fermer ses derniers réacteurs en 2022, devenant la première grande puissance industrielle à renoncer au nucléaire depuis Fukushima. La Suisse avait annoncé quelques jours plus tôt sa sortie progressive du nucléaire d'ici 2034. "C'est une confirmation supplémentaire que l'Europe utilisera de moins en moins le nucléaire", estime Stefano Ciafani, selon qui "la France est une exception, car elle a un intérêt" à la construction de nouvelles centrales.

    Le gouvernement italien, qui s'était fixé pour objectif de produire d'ici à 2030 25 % de ses besoins en électricité grâce au nucléaire, va devoir plancher sur une nouvelle stratégie énergétique, basée notamment sur les énergies renouvelables, secteur dont les actions ont bondi à la Bourse de Milan à l'exemple d'Enel Green Power. Fin 2010, 64,8 % de l'électricité consommée en Italie était produite dans le pays à partir d'énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon...), 22,2 % à partir d'énergies renouvelables, tandis que 13 % était importée.

    http://www.lepoint.fr/monde/les-italiens-disent-adieu-au-nucleaire-13-06-2011-1341588_24.php
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Lun 13 Juin - 18:09

    Nucléaire : Le déclin de l'empire français

    éditorial

    Depuis leur création en 1992, Les Cahiers de Global Chance ont consacré 6 numéros sur 31 à la seule question de l’énergie nucléaire. Deux d’entre eux rendaient compte de rapports ou de débats publics (Rapport Charpin, Dessus, Pellat en 2000, débats publics EPR et déchets nucléaires en 2006), un Petit mémento des déchets nucléaires présentait en 2006 les éléments principaux indispensables au débat sur les déchets nucléaires, enfin trois numéros ont été consacrés à la politique nucléaire française, dont deux principalement au réacteur EPR (Le réacteur EPR, un projet inutile et dangereux en 2004, Nucléaire : la grande illusion en 2008). En gros donc, un point tous les deux ans de la part de Global Chance sur la question nucléaire.

    Pourquoi cette insistance ? C’est l’absence criante et choquante d’expertise indépendante qu’on constate dans ce domaine en France (1) qui nous a logiquement amenés à poser notre regard de généralistes énergéticiens sur les nombreuses questions que suscitent cette filière qui a pris une importance démesurée en France depuis une trentaine d’années.

    Au contraire de ce qui se passe dans la plupart des pays anglo-saxons où des universités et des bureaux d’études sont régulièrement mandatés pour apporter leur éclairage sur ces questions, aucune expertise indépendante officielle ne vient en France contrebalancer le discours officiel porté par l’industrie nucléaire et les gouvernements successifs de droite comme de gauche et apporter les éléments factuels indispensables à un véritable débat impliquant les citoyens et leurs représentants. Domaine réservé des grands corps d’État et des dîners en ville, le nucléaire reste un domaine tabou où, après trente ans de secret quasi absolu, la communication et le marketing se substituent à la transparence et au débat.

    Au fil des années, nous avons pris également conscience de l’importance qu’avait l’image du programme français à l’étranger, toujours présenté par le lobby et les gouvernements successifs comme une réussite unique et exemplaire, susceptible de servir de modèle à l’ensemble du monde, développé ou en voie de développement. Le succès international de la version anglaise de « La grande illusion » (GC n°25, 2008) [« Nuclear power, the great illusion. Promises, setbacks and threats », en ligne ici - note du webmestre] révèle bien la soif d’informations diversifiées et indépendantes de la part de pays qui hésitent sur les politiques énergétiques à poursuivre ou à mettre en place.

    C’est l’ensemble de ces raisons qui nous a conduits à la fin de l’année dernière, dans un contexte de communication intense du gouvernement français et des acteurs du nucléaire sur la « renaissance du nucléaire », à décider de proposer à nos lecteurs français et étrangers un suivi régulier du programme nucléaire français dans ses différentes dimensions, énergétique, environnementale, économique, politique, géopolitique et sociale…

    Cette démarche nous paraissait d’autant plus nécessaire que le remaniement récent du gouvernement, en replaçant l’énergie sous la tutelle du ministère de l’économie et des finances, après un passage de quelques années seulement au ministère chargé des secteurs de l’environnement, du développement durable et de l’aménagement du territoire, montrait bien la volonté du président de la République de sanctuariser la question nucléaire en la séparant des questions de maîtrise de l’énergie et d’environnement.

    Il nous semblait important en effet de permettre aux citoyens, à partir de ce suivi régulier du dossier nucléaire français, de mettre en perspective les informations qui lui parviennent au coup par coup de la presse nationale ou internationale et de confronter la réalité aux discours et aux promesses des uns et des autres.

    Au moment où nous allions boucler ce numéro est survenue la catastrophe de Fukushima. Nous avons décidé de publier néanmoins dès maintenant ce travail, alors que la série d’accidents survenus il y moins d’un mois se poursuit sans qu’on puisse en imaginer ni l’échéance ni l’évolution. Il faudra en effet un laps de temps très important pour tirer toutes les conséquences de cette catastrophe. Nous nous sommes contentés d’en tirer quelques premières leçons pour la France en termes de sûreté.

    Par contre, nous affirmons avec force dès aujourd’hui, la nécessité, pour les pouvoirs publics de notre pays, de mettre d’urgence au point un plan ORSEC de réponse à une crise nucléaire majeure du genre de celle que connaissent les Japonais aujourd’hui, avec en plus de tout le reste, une grave pénurie d’électricité, plan qui à notre connaissance n’existe pas et dont l’esquisse ne semble pas même envisagée.

    Global Chance

    (1) À l’exception très notable du GSIEN (Groupement de scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire) qui ne reçoit rigoureusement aucun soutien public, de la CRIIRAD et de WISE-Paris.

    ......
    ....

    http://www.global-chance.org/spip.php?article49

    http://www.global-chance.org/IMG/pdf/GC29.pdf

    D'après Nicolino, le gars qui a monté ce site est quelqu'un de sûr.
    http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1150

    Il y a de nombreux pdf à télécharger dans le lien, vers le bas de la page.


    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  marc le Lun 13 Juin - 23:59

    (Le Point.fr - Publié le 13/06/2011 à 19:39)
    "Fin 2010, 64,8 % de l'électricité consommée en Italie était produite dans le pays à partir d'énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon...), 22,2 % à partir d'énergies renouvelables, tandis que 13 % était importée."
    bounce
    Écologistes et opposition de gauche ont salué une "victoire historique", selon les termes de Greenpeace
    environ 6% de nucléaire ... encore une "victoire historique" ...
    Avec entre 60 et 70% en France, ce sera le big bang ?

    Dans l'article du point, 64,8 + 22,2 + 13 = 100 %
    Il n'y avait donc pas d'électricité nucléaire en Italie !
    Ils sont bons en calcul au point.fr : Il n'y avait donc pas de problème de nucléaire, mais ce non-problème a été résolu et ils en non-informent leurs lecteurs
    avatar
    Alter Egaux

    Messages : 306
    Activité et ancienneté : 432
    Popularité des contributions : 58
    Date d'inscription : 17/02/2011
    Localisation : Seine et Marne

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Alter Egaux le Mar 14 Juin - 6:31

    En Italie, résultat du référendum : 95% des votants contre le nucléaire !

    * Le programme nucléaire sans doute gelé pour des décennies
    * L'Italie rejoint l'Allemagne et la Suisse
    * Le référendum accentue les pressions antinucléaires
    * "La France aussi doit changer d'ère" (Sortir du nucléaire)

    par Barry Moody

    ROME, 14 juin (Reuters) - Influencés par la catastrophe de Fukushima et animés d'une volonté de sanctionner Silvio Berlusconi, les Italiens se sont prononcés lundi à une majorité écrasante contre la relance du programme nucléaire civil.

    Avec un taux de participation de 57%, bien supérieur au quorum nécessaire (50%), le référendum a tourné à la démonstration de force contre le nucléaire puisque près de 95% des votants ont marqué leur opposition à l'atome.

    Ce référendum populaire abroge une loi adoptée l'an dernier par le gouvernement de Silvio Berlusconi pour relancer le programme nucléaire italien, suspendu par un précédent référendum en 1987, un an après la catastrophe de Tchernobyl

    Le gouvernement, conscient de l'impact de l'accident nucléaire en cours à Fukushima depuis le séisme et le tsunami du 11 mars, avait pris l'initiative de suspendre la reprise du programme nucléaire. L'issue du référendum de lundi condamne toute perspective de relance dans un avenir prévisible.

    Elle accentue aussi la pression sur le nucléaire civil alors que l'Allemagne, qui a ordonné la fermeture de ses centrales les plus anciennes, a déjà annoncé son intention de sortir du nucléaire d'ici 2022. (voir [ID:nLDE74T0A4])

    En Suisse, le Conseil fédéral a décidé fin mai d'abandonner progressivement l'énergie nucléaire avec fermeture de la dernière centrale envisagée en 2034. (voir [ID:nLDE74O1WT])

    Au Japon, un sondage publié mardi par le quotidien Asahi révèle que 74% des personnes interrogées se prononcent en faveur d'une sortie progressive du nucléaire (voir [ID:nLDE75D00L])


    APPEL EN FRANCE

    En France, le réseau Sortir du nucléaire a salué le "message fort envoyé par le peuple italien". "Alors que la Suisse, l'Allemagne et l'Italie tournent le dos au nucléaire, il est plus que temps pour la France aussi de changer d'ère et de sortir de l'atome au plus vite", écrit le réseau associatif dans un communiqué publié lundi soir.

    "Les résultats de ce référendum sonnent le glas de l'accord entre le français EDF et l'italien Enel impulsé en avril 2010 par MM. Sarkozy et Berlusconi", ajoute le réseau.

    EDF (EDF.PA: Cotation) et Enel devaient fournir au moins 4 réacteurs nucléaires en Italie et avaient retenu le groupe français Areva CEPFi.PA. Un autre groupe français, GDF Suez (GSZ.PA: Cotation), observait avec intérêt le marché italien.

    Au printemps 2010, le gouvernement de Silvio Berlusconi disait vouloir tirer de l'atome 25% de la demande italienne d'électricité. Le projet de relance était défendu comme crucial pour la sécurité énergétique du pays. Mais Fukushima, conjugué au contexte politique et à la campagne menée par la gauche italienne pour que la consultation tourne au plébiscite contre Berlusconi, a eu raison de cet objectif.

    "Nous devrons probablement dire adieu à la possibilité de centrales nucléaires et nous devrons nous engager fermement sur la voie de l'énergie renouvelable", a déclaré le président du Conseil italien avant même que les résultats du référendum ne soient connus. A la Bourse de Milan, le cours des actions des entreprises du secteur des énergies renouvelables a aussitôt progressé.

    Les autres référendums portaient sur la privatisation de l'eau et sur "l'empêchement légitime" qui permet aux ministres et à Berlusconi de ne pas comparaître devant la justice. Là encore les Italiens ont voté contre Berlusconi
    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE75D01220110614?pageNumber=1&…
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Mer 15 Juin - 18:01

    Anne Lauvergeon toujours droite dans ses bottes


    Anne Lauvergeon ne croit pas à un "hiver nucléaire"
    Le 14 juin 2011

    par Benjamin Mallet et Marie Maitre

    PARIS (Reuters) - Le développement du nucléaire ne devrait pas s'interrompre durablement après l'accident de Fukushima en raison notamment des prix élevés du pétrole, a estimé mardi la présidente du directoire d'Areva, Anne Lauvergeon.

    Au lendemain du référendum italien qui a massivement abouti au rejet de la relance du programme nucléaire civil transalpin, Anne Lauvergeon a en outre jugé que ce cas, ainsi que celui de l'Allemagne, constituaient des exceptions en Europe.

    Ces déclarations interviennent alors que le deuxième mandat d'Anne Lauvergeon à la tête d'Areva prendra fin à l'occasion du premier conseil de surveillance du groupe qui se tiendra après le 29 juin et que le président Nicolas Sarkozy doit donc prochainement décider de la reconduire ou de la remplacer.

    "Va-t-il y avoir un hiver nucléaire ? Est-ce qu'on est dans une situation (du type) post Three Mile Island ou post Tchernobyl, où on avait connu un arrêt des constructions nucléaires, à part en Asie ? (...) Je pense que non car la situation est extrêmement différente", a déclaré la présidente du spécialiste public du nucléaire.

    "Dans les années 80 et 90, nous étions dans un monde où les énergies fossiles étaient extrêmement peu chères (...). En-dessous de 20 dollars le baril, le pétrole devient un vrai concurrent du nucléaire ", a-t-elle ajouté lors d'une audition par la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

    "Le deuxième élément qui nous distingue très fortement des années 90, c'est le changement climatique (....), c'est aujourd'hui une contrainte extrêmement forte."

    Anne Lauvergeon a également estimé que les préoccupations liées à l'indépendance énergétique, ainsi qu'à la "soif collective d'énergie" des pays émergents, plaidaient en faveur d'une poursuite du développement du nucléaire.

    83% DU CA "NE VA PAS BOUGER"

    "Nous allons donner à la fin du mois (...) de nouvelles indications sur notre trajectoire 2011-2012", a en outre fait savoir la présidente d'Areva.

    "83% de notre chiffre d'affaires ne va pas bouger", a-t-elle dit, soulignant que cette part correspond à l'activité liée aux réacteurs existants. Le renforcement des règles de sécurité constitue en outre pour le groupe "une très bonne nouvelle par rapport à ses concurrents", a-t-elle ajouté.

    "J'ai envie de poursuivre, avec l'appui d'un directoire significativement renouvelé", a-t-elle par ailleurs déclaré lors d'une interview dans l'édition de mercredi des Echos.

    Areva a répété à plusieurs reprises ces dernières semaines qu'il étudiait l'impact de la crise nucléaire japonaise sur son activité et ses perspectives.

    Le groupe avait annoncé quelques jours avant le séisme du 11 mars au Japon qu'il visait pour 2011 une croissance "significative" de son carnet de commandes ainsi qu'une progression de ses ventes et une marge opérationnelle supérieure à 5%-, perspectives rendues "non pertinentes" par la catastrophe de Fukushima.

    Evoquant la fin prochaine de son deuxième mandat à la tête d'Areva, Anne Lauvergeon a souligné qu'il revenait à l'Etat de prendre une décision, ajoutant: "Vous pouvez compter sur ma détermination ces seize prochains jours - et j'espère pour longtemps - (...) pour poursuivre au service de notre expertise internationalement reconnue."

    L'action Areva a terminé mardi en repli de 2,68% à 24,355 euros, accusant la plus forte baisse du SBF 120 après le rejet par référendum du programme de relance des centrales nucléaires civiles en Italie.

    Edité par Gilles Guillaume

    http://www.usinenouvelle.com/article/anne-lauvergeon-ne-croit-pas-agrave-un-hiver-nucleaire.N153722
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Jeu 16 Juin - 20:17

    Point de la situation au 10 juin 2011 - IRSN

    .....
    TEPCO poursuit ses actions en vue de maîtriser ces rejets diffus, notamment en fixant la contamination des terrains extérieurs, mais également des bâtiments (pulvérisation de résine), en étanchant certains galeries techniques enterrées et en organisant la reprise et le traitement des volumes d’eau importants présents en partie basse des bâtiments. Ainsi, le 12 mai, TEPCO a annoncé qu’une fuite provenant d’une fosse reliée au réacteur 3 avait été découverte, ce qui a
    nécessité des actions de réparation d’urgence afin de la maîtriser.


    De manière générale, l’évacuation des eaux contaminées présentes au fond des bâtiments des réacteurs, des bâtiments des turbines et des galeries souterraines demeure un objectif majeur, l’arrivée d’une saison pluvieuse pouvant d’ailleurs accroître les volumes d’eau présents. Dans ce contexte, une augmentation de la contamination des sols et de l’océan est à craindre (débordement possible de galeries à partir du 20 juin 2011 selon TEPCO) si le refroidissement du coeur en circuit fermé n’est pas réalisé d’ici-là ou si des moyens de stockage complémentaires ne sont pas mis en
    oeuvre.
    A cet égard, TEPCO installe actuellement des réservoirs de stockage complémentaires sur le
    site.
    .......

    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN_Seisme-Japon_Point-situation-10062011.pdf

    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Sam 18 Juin - 0:20

    Apparemment, à Fukushima, une des centrales ne servaient pas à fournir de l'électricité....mais peut-être pour des armes nucléaires vendues aux USA.
    Le Japon ne devrait pas sortir du nucléaire, et se lancer dans les armes nucléaires en toute transparence.
    Le premier ministre n'a fait aucune faute et a averti que s'il devait partir, il partirait avec des dossiers.

    A écouter :

    http://www.rfi.fr/emission/20110611-1-le-japon

    http://www.rfi.fr/emission/20110611-2-le-japon

    Plus ancien :

    http://www.rfi.fr/emission/20110522-1-quelles-lecons-tirer-accident-nucleaire-japon-rediffusion

    http://www.rfi.fr/emission/20110522-2-quelles-lecons-tirer-accident-nucleaire-japon-rediffusion
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Sam 18 Juin - 10:04

    Fukushima : l'usine de décontamination des eaux arrêtée cinq heures après sa mise en service

    LEMONDE.FR avec AFP | 18.06.11 | 09h09 • Mis à jour le 18.06.11 | 09h18


    L'usine de décontamination des eaux radioactives construite à la centrale nucléaire de Fukushima (nord-est du Japon) a été arrêtée cinq heures à peine après sa mise en route, en raison du niveau trop élevé de radiations, a annoncé samedi 18 juin l'opérateur de la centrale. Des pièces du système qui absorbent le césium radioactif doivent être changées beaucoup plus tôt que prévu en raison du niveau trop élevé de radiations, ont indiqué des responsables de Tokyo Electric Power (Tepco). L'opérateur n'a pas précisé quand l'usine de contamination recommencerait à fonctionner.

    "Nous étudions encore la cause" de ce niveau trop élevé de radiations, a indiqué Junichi Matsumoto, le responsable des opérations nucléaires au sein de Tepco. Selon l'entreprise japonaise, des boues radioactives sont entrées dans le système de retraitement ou les eaux traitées sont plus radioactives que ce que Tepco ne l'imaginait au départ.

    Quelque 100 000 tonnes d'eau hautement radioactive se sont accumulées dans les bâtiments des réacteurs et des turbines de la centrale depuis le séisme et le tsunami du 11 mars. Ces effluents empêchent les ouvriers de pénétrer dans les installations pour réactiver des circuits de refroidissement du combustible nucléaire.

    L'usine de décontamination devait normalement être capable de traiter 50 tonnes d'effluents par heure, soit 1 200 tonnes par jour, en divisant la radioactivité par un facteur de 1 000 à 10 000 fois. La chaîne de décontamination de l'usine est basée sur les procédés du groupe nucléaire français Areva et de la société américaine Kurion.

    http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/06/18/fukushima-l-usine-de-decontamination-des-eaux-arretee-cinq-heures-apres-sa-mise-en-service_1537700_1492975.html#xtor=AL-32280308

    Peut-être n'est-ce pas une bonne chose qu'Anne Lauvergeon n'est pas été reconduite, elle connaissait très bien son boulot et était respectée du personnel, d'après tout ce que j'ai lu hier.
    Il s'agirait d'un limogeage.
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Sam 18 Juin - 10:14

    La contamination de la chaine alimentaire commence Suspect

    Du thé vert japonais radioactif à Roissy

    AFP
    17/06/2011

    Un lot de thé vert en provenance du Japon, contenant deux fois plus de césium que le niveau maximal admissible, a été intercepté à Roissy, mis en quarantaine en vue d'être détruit, a annoncé aujourd'hui la direction de la consommation (DGCCRF) dans un communiqué. C'est la première fois que des produits radioactifs sont détectés en France dans le cadre des contrôles mis en place à la suite de l'accident de Fukushima.

    "La mise en place d'une procédure après l'accident nucléaire a marché puisque le lot a été identifié et le lot ne pénétrera pas sur le marché", a indiqué une porte-parole de la DGCCRF. Il s'agit d'un lot de 162 kg de feuilles séchées, en provenance de la préfecture de Shizuoka.

    Les analyses en laboratoire ont mis en évidence une contamination en césium de 1.038 Bq/kg, supérieure au niveau maximal admissible défini au niveau européen, qui est de 500 Bq/kg pour ce type de produit, précise la DGCCRF. Le produit a été mis en quarantaine à l'aéroport de Roissy et fera l'objet d'une destruction par une entreprise spécialisée. Des analyses se poursuivent sur le niveau de contamination des autres produits qui accompagnaient ce lot qui, en attendant, sont mis en quarantaine.

    La DGCCRF a décidé de "mettre en place un contrôle systématique de tous les végétaux en provenance de la même préfecture japonaise" et "va saisir la Commission européenne pour ajouter la préfecture de Shizuoka à la liste des préfectures pour lesquelles la réglementation européenne impose un contrôle systématique au départ du Japon".

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/17/97002-20110617FILWWW00526-du-the-vert-japonais-radioactif-a-roissy.php
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Ninon74 le Mer 22 Juin - 11:47

    USA : la centrale de Fort Calhoun, en bordure du Missouri, est dans une situation préoccupante, à cause de la montée des eaux et la fonte des neiges ne sait que commencer....

    Alors ils essaient de la protéger avec des sacs de sable !!

    Il y a une 2ème centrale sur les rives du Missouri. Suspect

    http://www.cartoradiations.fr/Fort_Calhoun.php

    Contenu sponsorisé

    Re: [Alerte] Nuage radioactif

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 21 Sep - 3:28