Forum du groupe de travail pour une Constituante


    Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Partagez
    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  marc le Mar 26 Avr - 20:03

    Bonsoir !

    En regroupant les textes sur les droits fondamentaux sur lesquels appuyer la charte, mais est-ce nécessaire ?
    j'ai commis une Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011 sur la base de la DDH 1789

    Chaque changement est détaillé en bas de la page

    Caleb Irri

    Messages : 184
    Activité et ancienneté : 282
    Popularité des contributions : 35
    Date d'inscription : 22/01/2011

    en voilà une autre

    Message  Caleb Irri le Mar 26 Avr - 21:07

    moi aussi j'avais tenté le coup : http://calebirri.unblog.fr/2010/08/22/par-dessus-de-la-constitution/

    (version rectifiée)



    Dernière édition par Caleb Irri le Mer 27 Avr - 14:34, édité 1 fois

    logan

    Messages : 174
    Activité et ancienneté : 214
    Popularité des contributions : 44
    Date d'inscription : 21/02/2011

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  logan le Mer 27 Avr - 9:45

    mdr des droits de la femme et de l'homme ^^
    parfois ces soucis d'égalité homme-femme tournent au ridicul
    tu peux dire des "droits humains" c'est aussi bien et ça évite de mettre les femmes devant les hommes ou inversement Wink d'autant plus que les sexes n'ont ici aucun intérêt à être spécifiés

    marc ton lien ne marche pas chez moi
    toi caleb ton lien marche mais renvoie vers ton blog où on ne peut visiblement pas accéder à ta ddh

    bref vous êtes gentil les gars mais si vous ne nous laissez pas lire vos chartes on va difficilement pouvoir donner notre avis eheh Wink
    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  marc le Mer 27 Avr - 13:44

    salut !

    ietherpad est victime de son succès : du fait de la surcharge de ses serveurs, les déconnections, retards à la connexion sont fréquents en ce moment ... réessayer !

    Excellentes idées de modif !
    Allons y !
    drunken
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  sitouayain le Mer 27 Avr - 14:27

    mix à partir de DDHC 1789, 1793, 1948 (ONU), CEH, manque droits de l'environnement à insérer
    voici le texte (désolé pour les n° d'articles et le doublons et les désordres):

    Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Les Représentants du Peuple Français, constitués en l'Assemblée Constituante, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés; afin que les réclamations des citoyennes et des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

    En conséquence, l'Assemblée Nationale reconnaît et déclare, devant toutes et tous, les droits suivants de la Femme et de l'Homme citoyens.

    Art. 1er. -

    Les Femmes et les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.Le but de la société est le bonheur commun.
    L'individu a des devoirs envers la société dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.

    Art. 2. -

    Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la Femme et de l'Homme. Ces droits sont la liberté, l'égalité, la sûreté, la propriété et la résistance à l'oppression.


    Art. 3. -

    La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable. Nulle autorité qui n'en émane expressément ni aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier ; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d'exprimer sa volonté avec une entière liberté.


    Art. 4. -

    La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme et chaque femme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.
    Sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un(e) autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait.

    Art. 5. -

    La Loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.


    Art. 6. -

    La Loi est l'expression de la volonté générale. Toutes les Citoyennes et tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Toutes et tous étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
    nul ne peut être soumis à une loi à la rédaction de laquelle il n'a pu participer

    Art. 7. -

    Nul ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais toute citoyenne ou tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l'instant : il se rend coupable par la résistance.

    Art. 8. -

    Nul ne doit être jugé et puni qu'après avoir été entendu ou légalement appelé. La Loi ne doit établir que des peines proportiennelles à l'étendue des crimes ou des délits, strictement et évidemment nécessaires à la protection de la société, à la réparation des dommages causés et à la réhabilitation du condamné dans le corps social.
    Nul ne peut être puni qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.
    Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants.



    Art. 9. -

    Tout individu étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

    Art. 10. -

    Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi.

    Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

    Art. 11. -

    La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc diffuser sa pensée librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.


    1. Toute personne a droit à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d'association, y compris le droit de fonder avec d'autres des organisation et de s'affilier à des organisations pour la défense d'intérêts justifiables au regard du bien commun.


    Article 13

    Les hommes et les femmes ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution. Nul n'a le droit de forcer autrui à se marier, nul n'a le pouvoir d'empêcher autrui de se marier avec qui bon lui semble.


    Art. 12. -

    La garantie des droits de l'Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.
    La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun de ses membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés.

    Art. 13. -

    Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre toutes et tous, en raison de leurs patrimoines et revenus.

    Art. 14. -

    Toutes les citoyennes et les Citoyens ont le droit de constater la nécessité de la contribution publique, d'en suivre l'emploi, de la consentir librement par eux-mêmes ou par leurs représentants et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

    Art. 15. -

    La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

    Art. 16. -

    Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'est pas démocratique

    Art. 17. -

    Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer, dans le respect d'autrui et de la préservatin de la Vie et des ressources naturelles, de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie.
    Nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.
    Nul ne peut céder sa propriété sans perdre l'entièreté de ce droit.

    Article 18
    Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n'est pas une propriété aliénable. La loi ne reconnaît ni esclavage, ni subordination ; il ne peut exister qu'un engagement explicitement consenti de soins et de reconnaissance, de partage des tâches et des rétributions d'une activité exercée et décidée en commun.

    Article 21
    Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler.
    Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité

    Article 23 1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
    2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un revenu égal pour un travail égal.
    3. Quiconque exerce une activité a droit à une rémunération équitable et satisfaisante, c'est à dire proportionnelle à la valeur sociale de son activité et lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
    4. Toute personne a le droit de recevoir de l'aide dans le but de créer une activité ou de répondre à tout autre besoin essentiel.



    Article 24
    Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.


    Article 25
    1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
    2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.


    Article 27
    1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
    2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur. Nul ne peut céder ou aliéner ce droit qu'à l'humanité entière.

    Article 22
    L'instruction est le besoin de tous. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique, et mettre l'instruction à la portée de tous les citoyens.
    Article 23
    La garantie sociale consiste dans l'action de tous, pour assurer à chacun la jouissance et la conservation de ses droits ; cette garantie repose sur la souveraineté nationale et l'échange équitable avec les autres peuples.
    Article 24
    Elle ne peut exister, si les limites des fonctions publiques ne sont pas clairement déterminées par la loi, et si la responsabilité de tous les fonctionnaires n'est pas assurée.


    Article 28
    Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.

    Article 30
    Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs.
    Art.
    Toute charge déléguée par le peuple ou une fraction du peuple doit être exercée dans la transparence et pouvoir être révoquée.
    Article 31
    Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.
    Article 32
    Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de l'autorité publique ne peut, en aucun cas, être interdit, suspendu ni limité.
    Article 33
    La résistance à l'oppression est la conséquence des autres Droits de l'homme.

    Article 13 - Droit à un recours effectif
    Toute personne dont les droits et libertés reconnus dans la présente Convention ont été violés, a droit à l'octroi d'un recours effectif devant une instance nationale, alors même que la violation aurait été commise par des personnes agissant dans l'exercice de leurs fonctions officielles.
    avatar
    miha

    Messages : 366
    Activité et ancienneté : 446
    Popularité des contributions : 57
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 70
    Localisation : Metz

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  miha le Jeu 28 Avr - 10:25

    Quand on met un "H" majuscule à "Homme", le mot désigne un être humain.
    Inutile d'ajouter "femme"... et si des c-nnards pensent que les femmes ne sont pas des êtres humains, tant pis pour eux. No
    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  marc le Jeu 28 Avr - 18:37

    merci Miha

    Charte
    C.Irri
    DDHFC 1789-2011
    DDHFC 1793-2011 (cf. notes pour modifs en pied se page)

    (signé Donald le canard qui pense que les femmes sont des êtres humaines) Basketball


    Dernière édition par marc le Ven 29 Avr - 2:07, édité 1 fois

    logan

    Messages : 174
    Activité et ancienneté : 214
    Popularité des contributions : 44
    Date d'inscription : 21/02/2011

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  logan le Ven 29 Avr - 1:12

    Salut, ouais faudrait que t'enlève tous les "femmes et hommes".

    Sinon en lisant je m'apperçois que ce n'est ptet pas la bonne méthode, peut-être devrais tu simplement dire ce que tu veux changer et pourquoi ?

    Perso je ne suis pas d'accord avec le 1er article déjà. On ne nait pas libre, quand on nait on est un bébé sans défense qui ne sait rien faire et qui est totalement soumis à la volonté de ses parents.
    Quitte à refaire une charte des droits fondamentaux autant la corriger de tout ce qui peut prêter à confusion et qui correspond à des erreurs idéologiques de l'époque.

    Par exemple, la liberté est une construction sociale et non pas un état naturel chez l'être humain.
    En fait on cherche à garantir des droits qui n'existent pas à l'état naturel parce qu'ils sont justes à nos yeux et non pas à protéger des droits parce qu'ils seraient soit disant naturels.

    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  marc le Ven 29 Avr - 1:59

    - L'assiette
    de la contribution s'oppose au principe d'égalité. Les députés ont toujours saucissoné la dedans pour engraisser leurs copains les nantis, en particulier avec des niches fiscales soi-disant destinées à favoriser l'emploi.
    - reformuler les termes anciens : ex : ressources et patrimoine
    (A14 de 89)

    - Contraires de Liberté ? Servage, esclavage dont la source est ...
    la domination (sous toutes ses formes)
    le besoin d'être protégé entraîne celui d'être dominé (vassalité)
    Il y a toujours eu et il y aura toujours un maître et ses serviteurs,
    un ou des dominants et des dominés ... la nature humaine.
    Avec d'un côté des plus libres que le l'autre.

    D'où la nécessité de s'appuyer sur l'incontournable souveraineté du peuple :
    Le maître, c'est l'ensemble du peuple.

    A la naissance, bien que personnes humaines à part entière, nous ne sommes pas encore citoyens,
    A ce moment, soyons libres !
    De le devenir.
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  sitouayain le Ven 29 Avr - 8:34

    logan a écrit:

    Perso je ne suis pas d'accord avec le 1er article déjà. On ne nait pas libre, quand on nait on est un bébé sans défense qui ne sait rien faire et qui est totalement soumis à la volonté de ses parents.
    Quitte à refaire une charte des droits fondamentaux autant la corriger de tout ce qui peut prêter à confusion et qui correspond à des erreurs idéologiques de l'époque.

    Par exemple, la liberté est une construction sociale et non pas un état naturel chez l'être humain.
    En fait on cherche à garantir des droits qui n'existent pas à l'état naturel parce qu'ils sont justes à nos yeux et non pas à protéger des droits parce qu'ils seraient soit disant naturels.


    jusnaturalisme vs positivisme c'est un vieux débat...

    il s'agit d'une déclaration des droit de l'Homme et du Citoyen,
    ces droit bien sûr n'existent que par l'existence du Contrat, la Constitution,

    en revanche tous ces droits sont accordés à la naissance quand ils sont des droit de l'Homme, à la majorité quand ils sont des droits du Citoyen,

    ces droits ne sont pas tous réalisables par le simple fait de les écrire et de les garantir, ils sont pour certains, un idéal à atteindre,
    par exemple si dans la "nature" (état de nature fictif), les hommes ne naissent pas libres et sans droits,
    dans la société, chaque enfant qui nait doit pouvoir naître dans un environnement matériel rendant effectif tout ses droits, et en premier lieu, celui d'une éducation à l'autonomie (capacité d'exercice de sa liberté), il s'agit-là de reconnaitre que l'enfant est un potentiel maître de lui-même,

    autrement dit, ce premier article ne signifie pas seulement que les enfants ne naissent pas esclaves ou serfs et qu'il ne peut y avoir de distinction basée sur la naissance,

    et si on pousse au bout la logique, cet article ("naissent égaux en droits")invalide toute possibilité d'héritage qui serait supérieur à ce que tous les enfants nés la même année peuvent s'attendre à hériter...
    en acceptant bien sûr que les inégalités cognitives liées au différentiel de stimulation de l'enfant ne sont rattrapable que par un enseignement, non pas le même pour tous, mais visant le plein développement des capacités de tous...

    en supposant qu'on réussissent, après cela, les distinctions sociales pourront éventuellement être considérées comme dues au mérite...

    logan

    Messages : 174
    Activité et ancienneté : 214
    Popularité des contributions : 44
    Date d'inscription : 21/02/2011

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  logan le Ven 29 Avr - 11:04

    Ca c'est ta lecture.
    Mais en réalité ce n'est pas celle de ceux qui ont écrit la constitution. Ils croient vraiment que la liberté est naturelle et que le rôle de la société est de ne pas entraver et de protéger cette liberté naturelle.
    D'où l'article sur les droits naturels et imprescriptibles.
    Je t'invite à relire les libéraux de l'époque et tu comprendras jusqu'où mène cette erreur conceptuelle initiale, si aujourd'hui nous souffrons dans certains domaines c'est aussi en conséquence de ce genre d'idéologies complètement fausses

    De toute manière il vaudrait mieux éviter toutes les considérations qui introduisent des confusions.

    Si nous naissons bébés et donc totalement soumis à la volonté et à la domination de nos parents, nous ne naissons pas libres, ce n'est donc pas la peine de considérer que nous naissons libres, vu que ce n'est pas le cas et que cela ne sera jamais le cas.

    Autant être clair et dire je sais pas moi, un truc du genre, "le rôle de la société est de garantir la liberté pour tous etc..." c'est suffisant, il n'y a pas besoin de parler de naissance ni d'inventer un caractère naturel.

    Basons la déclaration des droits sur les humains tels qu'ils sont réellement, avec nos différentes phases de vie ( petite enfance, enfance, adolescence, adulte, vieillesse ) et non pas sur une considération où les humains sont des adultes dès la naissance.
    Basons la déclaration des droits sur des concepts philosophiques réels, à partir de nos connaissances et de nos expériences actuelles, comme la liberté, vu que nous savons désormais que c'est une construction sociale, plutôt que sur des droits considérés à tort comme naturels.

    Par exemple si on considère qu'on est libre dès la naissance, alors on ne ressent pas forcément le besoin d'apprendre aux enfants la liberté et à avoir un esprit critique via l'éducation. Par contre si on part de la réalité et que l'on admet que la liberté se construit en grandissant, alors l'apprentissage de la liberté par l'éducation prend tout son sens et devient cohérente.



    Dernière édition par logan le Ven 29 Avr - 11:29, édité 1 fois
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  sitouayain le Ven 29 Avr - 11:17

    je suis d'accord avec ce que tu dis, et j'espère que tu partages "ma" lecture,

    mais à ce moment il faut aussi préciser que les enfants naissent libres au sens où ils ne naissent pas serfs ou "autre position sociale déterminée à la naissance",
    et que les enfants naissent égaux en droits, au sens où la fortune des parents ne peut constituer un privilège...

    si tu trouves une formule limpide pour dire les deux, je suis preneur... Smile
    et il faudrait aussi que tu corrige dans le texte de préamble toute référence à la "naturalité" des droits, pour bien préciser qu'il n'ont d'effet que par et pour l'organisation collective consciente qu'est la "société"

    PS: cesse de m'inviter à lire ce que j'ai déjà lu et très bien compris, c'est lourdingue, on n'a fait que reprendre les déclarations passées, à nous maintenant de les reformuler...au boulot

    PS2 (un peu plus tard): j'ai essayé de reformuler le préambule et l'article 4, mais j'ai du mal à modifier l'article 1, n'ayant pas d'autre mot en tête que "libre" pour dire le contraire d'esclave... check it

    logan

    Messages : 174
    Activité et ancienneté : 214
    Popularité des contributions : 44
    Date d'inscription : 21/02/2011

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  logan le Ven 29 Avr - 13:42

    Ya de l'idée, mais dans le préambule je ne suis pas trop d'accord sur cette histoire d'autonomie.
    Qu'entends tu par là ?
    Ne confonds-tu pas avec émancipation ?
    La notion d'autonomie me semble être plus un concept des libéraux qui croient que les humains sont des atomes automes entre eux alors qu'en réalité nous sommes constamment reliés les uns aux autres par des relations de toutes sortes.
    S'il faut parler d'une aspiration générale, je dirais plutôt aspiration à grandir et à exister avec et parmi les autres humains.

    Ensuite je préfèrerai parler de société plutôt que d'association car en réalité on ne s'associe pas, on nait toujours dans une société qui nous préexiste et que l'on n'a pas choisit.


    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  sitouayain le Ven 29 Avr - 14:04

    ouh là! pas du tout, le concept d'autonomie tel que je l'entend ne repose pas sur les présupposés libéraux, il imbrique toutes les dimensions de l'être humain, comme étant et comme devenir,comme être social, historique, politique psychique et affectif,
    c'est donc aussi un dépassement du en soi et pour soi hegeliano-marxiste, vois si tu y trouve ton compte ici
    (pas lu tout l'article mais en tout cas je me reconnais pleinenement dans la pensée de castoriadis et je conseille à tous de lire l'Institution Imaginaire de la Société ou des ouvrages et articles de vulgarisation..)

    et vois aussi si tu connais un terme plus clair ou si tu peux mieux explicité ce qu'il y a derrière ce concept à la fois individuel et collectif... Suspect


    logan

    Messages : 174
    Activité et ancienneté : 214
    Popularité des contributions : 44
    Date d'inscription : 21/02/2011

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  logan le Ven 29 Avr - 14:20

    comment ça ? Wink
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  sitouayain le Ven 29 Avr - 15:14

    en gros l'idée de l'aspiration à l'autonomie (et non pas autonomie tout court) que j'ai introduite dans le Préambule,

    signifie que par cette constitution, par cet acte fondateur,
    nous reconnaissons que tous les droits, les institutions, les principes moraux, les règles de politesse,les croyances, l'idée de nation, les us et coutumes,
    bref tout ce qui fait que nous faisons "société" est une oeuvre collective, c'est nous qui faisons l'histoire, c'est nous qui faisons les normes auto nomos,

    mais c'est aussi parce que nous partageons individuellement toutes ces institutions, tous ces imaginaires sociaux, que la société "tient ensemble",
    voilà pour l'auto-institution de la société,

    maintenant, une société qui se veut pleinement démocratique doit en même temps accepter qu'elle est issue d'un contexte social-historique, que sa mentalité, ses lois, ses croyances, encore une fois indispensables à la vie en commun, sont une source potentielle d'oppression, à mesure que les individus parviennent à une plus grande autonomie (entendue à minima comme conscience de son propre pouvoir d'invention d'un nouvel imaginaire institué),

    il s'agit donc par là de reconnaître la nécessité des institutions (principe d'ordre et de possibilité de la vie sociale et de la garantie de la liberté) mais aussi reconnaitre en même temps que ces institutions sont à remettre en cause, à mesure que la pratique permet aux individus de dégager des nouvelles normes et que s'accroit la prise de conscience collective qu'un certain nombre d'institutions sont en fait une barrière dépassable pour une plus grande autonomie,

    c'est à dire à mesure que la société franchi un cap dans sa capacité à se définir elle-même ses propres lois (à savoir s'abstraire progressivement des pratiques et des règles d'une société inégalitaire, hiérarchisée, pétrie de dogme idéologiques et religieux, etc.),

    mais aussi à mesure que chaque individu accroit son potentiel créateur dès lors qu'il accède à un degré supérieur de canalisation de ses pulsions et de prise de conscience de la responsabilité de ses actes, etc.

    prise au sens individuel, l'aspiration à l'autonomie est donc une barrière contre le conformisme, le fatalisme (dieu l'a voulu), d'un côté et la violence, la licence, la perception de soi comme illimité et tout puissant etc., donc antidote à la théocratie, le totalitarisme, l'hédonisme de la société de consommation, la croyance que l'Etat peut tout, l'identification à un guide suprême, etc.


    en gros c'est espérer que la loi n'ai quasiment pas besoin d'être sanctionnée par une autorité extérieure au corps social, puisqu'elle n'a pas vocation à être faite par un groupe de gens ou à puiser sa source dans les traditions ou une quelconque transcendance (hétéronomie) mais par l'ensemble du corps social qui de fait la formule en la mettant en pratique (autonomie)..
    bom

    logan

    Messages : 174
    Activité et ancienneté : 214
    Popularité des contributions : 44
    Date d'inscription : 21/02/2011

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  logan le Ven 29 Avr - 15:56

    Ca introduit une confusion avec le concept d'autonomie des libéraux.
    C'est pas très bon, ça va embrouiller les gens tu crois pas ?

    De plus je pense que ce concept est proche de la réalité mais reste quand même faux car finalement objectivement il y a bel et bien besoin de transcendance pour maintenir une cohésion sociale dans tous les cas : entre dieu qui dicte les lois ou le peuple qui dicte les lois, cette transcendance ne disparait pas, elle change juste de source et donc de nature, mais concrêtement, elle se manifeste toujours à travers l'autorité de l'état, ( l'état étant le concept transcendant ) et par des lois, et finalement c'est bien toujours un petit groupe de personnes qui va écrire ces lois et faire appliquer sa volonté dans tous les cas, tout simplement parce qu'il n'existe pas de volonté commune au peuple entier.




    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  marc le Ven 29 Avr - 18:33

    Intro : "actes ... comparés avec le but de toute institution politique"
    ou comparés à la constitution ?

    Le risque subsiste toujours, en pointant les devoirs envers la société, de rencontrer une opposition croissante de gauche à droite, et maxima chez les individualistes pur jus et certains anarchistes.
    Pourquoi ne pas refiler le bébé au constituant, voire au législateur ?
    Les devoirs viendront d'eux mêmes ... avec la contribution publique de l'A15
    A6 : contesté, cf texte
    A6 bis l'expérimentation ... le lâcher de moustiques transgéniques(*) en pleine nature aussi, pour se faire sa pub ? grrr !
    ajout de : dans des conditions préalablement validées par les tiers ... ou ?

    (*)(En cas de lecture des commentaires de cet article, Il faut savoir que Yann Kindo exerce comme professeur payé sur nos impôts)
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  sitouayain le Ven 29 Avr - 20:39

    logan a écrit:Ca introduit une confusion avec le concept d'autonomie des libéraux.
    C'est pas très bon, ça va embrouiller les gens tu crois pas ?

    De plus je pense que ce concept est proche de la réalité mais reste quand même faux car finalement objectivement il y a bel et bien besoin de transcendance pour maintenir une cohésion sociale dans tous les cas : entre dieu qui dicte les lois ou le peuple qui dicte les lois, cette transcendance ne disparait pas, elle change juste de source et donc de nature, mais concrêtement, elle se manifeste toujours à travers l'autorité de l'état, ( l'état étant le concept transcendant ) et par des lois, et finalement c'est bien toujours un petit groupe de personnes qui va écrire ces lois et faire appliquer sa volonté dans tous les cas, tout simplement parce qu'il n'existe pas de volonté commune au peuple entier.


    j'ai supprimé aspiration à l'autonomie, remplacé par aspiration à devenir citoyen,

    le tout c'est de se concentrer sur des institutions qui suppriment la distinction entre ceux qui décident et ceux qui subissent, soit une attention particulière aux mécanismes par lesquels les citoyens confient la rédaction de la loi à un "petit groupe", de façon à ce que les mains qui écrivent soient en fait guidées par la volonté des citoyens eux-mêmes...et surtout (critique libérale) que la loi ne soit pas infantilisante...

    le concept d'autonomie, en tout cas chez castoriadis, ne nie pas la nécessité de la transcendance, mais il la rend dynamique, évolutive, mais c'est clair qu'il s'agit d'un problème de taille puisque les révolutionnaires de l'époque se sont sentis obligés de la placer dans un Dieu laïque (l'Etre suprême), la Nature ou la Vie pourrais en être une autre, car l'Etat, étant un moyen et non une fin, ne peut constituer une transcendance...

    @ marc, la contestation est nécessaire, et je propose même que ceux qui sont pas contents et extrémistes se voient allouer des terres, histoire de voir s'il s'en sortent mieux que dans la société...et voir s'ils ne saluent pas leurs ancêtres sociaux qui ont sélectionnés des plantes et inventé des outils...
    avatar
    miha

    Messages : 366
    Activité et ancienneté : 446
    Popularité des contributions : 57
    Date d'inscription : 29/01/2011
    Age : 70
    Localisation : Metz

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  miha le Sam 30 Avr - 10:01

    J'admire vos efforts et votre travail.

    L'anarchiste qui sommeille en moi est dérangée par tout ce qui ressemble de près ou de loin à une loi, un réglement, une ligne à suivre, ... pfff les "articles 1 et gnagnagna" m'emmerdent grave

    Je sais qu'il en faut et qu'il en faudra tant que l'humanité ne sera pas plus évoluée qu'actuellement... si elle y parvient ...

    Alors, moi, je ne dirai qu'une phrase concernant les droits de l'Homme :
    "Nul être humain ne sera humilié en aucune circonstance, d'aucune façon, d'aucune manière, jamais, jamais, jamais."

    Car quand on souffre de la faim, on est humilié.

    Quand on n'a pas de logement décent, on est humilié.

    Quand on n'a pas accès à l'instruction, l'éducation, la formation, on est humilié par sa propre ignorance.

    Idem quand on est méprisé, insulté, ignoré, harcelé, torturé, moqué, ....

    En public, en privé... depuis la naissance jusqu'à la fin de sa vie.. qu'il soit riche ou pauvre... intelligent ou pas... aucun être humain ne sera humilié !!!

    Pour moi, nul besoin d'autre article, d'autre phrase, d'autre développement...
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  sitouayain le Sam 30 Avr - 10:39



    Dernière édition par sitouayain le Sam 30 Avr - 11:08, édité 1 fois
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  sitouayain le Sam 30 Avr - 10:46

    sitouayain a écrit: salut miha,

    l'anarchiste qui ne fait pas que sommeiller en moi,
    m'impose de me fixer des règles et de faire en sorte de m'y tenir, mais étant faillible, j'ai besoin de me confronter aux autres pour requalifer ces règles et pour qu'ils m'aident à m'y tenir...

    nul ne sera humilié, ça le fait,
    après tout c'est ce que veut dire ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait... il faut donc rajouter ne fais pas et ne laisse pas faire à autrui, etc.

    au fait j'ai trouvé ça chez aristote:

    "en un sens nous appelons juste ce qui produit et conserve le bonheur et ses composants pour la communauté politique."

    "la fin ultime d’une multitude rassemblée en société est de vivre selon la vertu. En effet les hommes s’assemblent pour mener ensemble une vie bonne, ce à quoi chacun vivant isolément ne pourrait parvenir.

    Or une vie bonne étant une vie selon la vertu, la vie vertueuse est donc la fin du rassemblement des hommes en société."

    et ça chez confucius:

    "Depuis l’homme le plus élevé en dignité, jusqu’au plus humble et plus obscur, devoir égal pour tous : corriger et améliorer sa personne ; ou le perfectionnement de soi-même est la base fondamentale de tout progrès et de tout développement moral."

    logan

    Messages : 174
    Activité et ancienneté : 214
    Popularité des contributions : 44
    Date d'inscription : 21/02/2011

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  logan le Sam 30 Avr - 12:17

    miha a écrit:J'admire vos efforts et votre travail.

    L'anarchiste qui sommeille en moi est dérangée par tout ce qui ressemble de près ou de loin à une loi, un réglement, une ligne à suivre, ... pfff les "articles 1 et gnagnagna" m'emmerdent grave

    Je sais qu'il en faut et qu'il en faudra tant que l'humanité ne sera pas plus évoluée qu'actuellement... si elle y parvient ...

    Alors, moi, je ne dirai qu'une phrase concernant les droits de l'Homme :
    "Nul être humain ne sera humilié en aucune circonstance, d'aucune façon, d'aucune manière, jamais, jamais, jamais."

    Car quand on souffre de la faim, on est humilié.

    Quand on n'a pas de logement décent, on est humilié.

    Quand on n'a pas accès à l'instruction, l'éducation, la formation, on est humilié par sa propre ignorance.

    Idem quand on est méprisé, insulté, ignoré, harcelé, torturé, moqué, ....

    En public, en privé... depuis la naissance jusqu'à la fin de sa vie.. qu'il soit riche ou pauvre... intelligent ou pas... aucun être humain ne sera humilié !!!

    Pour moi, nul besoin d'autre article, d'autre phrase, d'autre développement...

    On devra faire un sacré progrès évolutif alors parce que depuis l'aube de l'humanité pour un oui ou pour un non on se crée des rivalités et ça peut à chaque fois dégénérer, genre marc et sitouayain qui tombent amoureux de miha, pof, rivalité ...
    les lois sont la seule façon d'éviter qu'on s'entretue pour des bétises.

    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  marc le Sam 30 Avr - 16:58

    @ logan : Ciel ! démasqué ! Embarassed

    En cherchant à améliorer le référencement du site/forum, je suis tombé sur un loup dans la balise "meta" de description ... Mais aussi dans le sous-titre. Le but affiché :

    "pour chasser toute la droite et la social-démocratie"

    - Force est de reconnaître que cette assertion ne correspond pas encore à l'expression de la majorité de nos concitoyens. Prendre ses désirs pour des réalités n'est pas le seul moyen pour qu'ils le deviennent.

    Si l'on souhaite vraiment rassembler le plus de Citoyens possible, il faut s'en tenir aux constats que font la plupart : Engagements belliqueux avec nos impôts, souveraineté populaire bafouée, gestion économique à contre-sens, dénis de la limite des ressources naturelles, ... Même si cela peut apparaître comme un langage de bisounours à la beaucoup d'inscrits.

    Depuis le passage du parfum d'emprunt russe, Les oligarchies ont non seulement fait une répression sévère mais aussi répandu avec un certain succès jusqu'à présent la certitude qu'en dehors des chemins battus des pseudo alternances, le reste n'est que douces utopies ... Jusqu'à convaincre une partie des élites ...
    Y compris celles qui font les titres de forum ?
    Le peuple a aussi besoin de ses élites, sans se limiter à celles qui sont précarisées, au chômage ou à la retraite. Pour moi, à plus d'un titre, Etienne Chouard fait partie de ces élites.

    Afficher d'entrée de jeu une orientation politique, même par exclusion, et se pétentendre apolitique relève de la précipitation, de l'inconscience ou du foutage de gueule.

    Sans compter que cà peut avoir comme conséquence de se fabriquer un plafonnement du nombre d'inscrits au forum.

    Cette orientation politique affichée n'a pas l'exclusivité d'un besoin de liberté, égalité, fraternité.
    Ne pas envisager de se confronter aux "autres" ici aussi, sera à terme la concrétisation du besoin de se calfeutrer dans ses tours d'ivoire.
    A la saine méfiance des récupérateurs de tous poils, n'est-il pas temps d'ajouter la non moins saine ouverture aux débats fortement contradictoires ?
    Est-ce trop tôt ? Sommes nous encore trop mal outillés ?

    A suivre ici http://laconstituante.forumgratuit.org/t160-en-finir-avec-la-social-democratie#1371


    Dernière édition par marc le Mar 3 Mai - 16:47, édité 1 fois
    avatar
    marc

    Messages : 348
    Activité et ancienneté : 412
    Popularité des contributions : 65
    Date d'inscription : 27/03/2011
    Localisation : Paris XVIIIème

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  marc le Dim 1 Mai - 20:57

    Article 31 : Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.
    Serment du jeu de Paume :
    Les immunités, vaste programme ...
    - des "non ressortissants" : consulaire, diplomatique ... laisser en place le droit internationnal idoine ou ?
    - des citoyens : 2 cas
    - désignés démocratiquement : Les modalités de révocabilité doit être définies car laisser celà au législateur c'est tirer un trait dessus.
    - embauchés, cooptés : Le problème ici est différent : Le nouveau mandaté va vouloir installer aux manettes son "équipe", par gratification mais aussi par nécessité de pouvoir hiérarchique. On peut songer à poser des limites.

    Mieux la révocabilité sera précisée (*), plus l'immunité durant le mandat peut reprendre son sens.
    Supprimer toute immunité laisserait le mandaté à la merci de tout torpillage : rumeurs, procès à répétition, ...

    (*) ex.: A 72

    Contenu sponsorisé

    Re: Déclaration des Droits de la Femme et de l'Homme de 2011

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 27 Juin - 15:48