Forum du groupe de travail pour une Constituante


    [Thèse] Sociologie du FN : le contresens

    Partagez
    avatar
    Alter Egaux

    Messages : 306
    Activité et ancienneté : 432
    Popularité des contributions : 58
    Date d'inscription : 17/02/2011
    Localisation : Seine et Marne

    [Thèse] Sociologie du FN : le contresens

    Message  Alter Egaux le Sam 16 Juil - 21:13

    Voici l'interview d'Annie Collovald, sur son livre "Le « populisme du FN » un dangereux contresens", livre que j'ai lu.

    Annie Collovald est professeur de sociologie à l'Université de Nantes et directrice du CENS. Spécialiste de la droite et de l'extrême droite, elle s'est intéressée également aux rapports du populaire au politique, à la biographie politique et aux phénomènes de reconversion, aux différentes formes de militantisme dont le militantisme humanitaire. Elle a dirigé plusieurs enquêtes collectives qui ont donné lieu à publication. L'une sur les “violences urbaines” où elle a insisté, dans la construction de ce problème public, sur le rôle des médias et de l'expertise ; une autre, menée avec Erik Neveu, sur les lecteurs de romans policiers où, en mobilisant les travaux actuels sur la sociologie de la réception et des publics, elle s'est interrogée sur les formes de politisation inattendues que suscite la littérature policière. Une étude, en codirection avec Lilian Mathieu, a porté sur ces mobilisations improbables que constituent les luttes salariales actuelles dans des secteurs dépourvus de ressources syndicales. Elle poursuite une enquête sur “La xénophobie aujourd'hui” dans le cadre de l'ANR Les nouvelles frontières de la société français e sous la direction de Didier Fassin (2006-2009). Elle est membre du comité de rédaction de Politix. Revue des sciences sociales du politique (site : http://www.editions-sedes.com ) dont elle a été rédactrice en chef de 1999 à 2005. Plusieurs dossiers sont parus sous sa direction. Enfin, elle a créé avec 4 autres chercheurs le groupe de recherche TERRA - Travaux, Etudes et Recherches sur les Réfugiés et l'Asile : http://terra.rezo.net/ - qui anime des séminaires sur les questions de l'immigration, de l'exil et du droit d'asile.
    http://www.isp.cnrs.fr/equipe/collovald.htm

    J'ai aussi lu le livre d'Anne Tristan, en immersion totale "Au Front", mais malgré sa date de publication, 1987, décrit déjà le même profil sociologique du FN : une bourgeoisie provinciale qui décroche face à la mondialisation néolibérale.

    Je vous ai trouvé une émission de radio, où elle explique sa thèse : ICI. La transcription.

    Pour le vote de la présidentielle de 2002 :
    Annie Collovald a écrit:on nous dit que maintenant seul 23% des ouvriers auraient voté Front National. Alors là du coup, si on met en comparaison avec les autres fractions sociales qui ont voté Front National, on s’aperçoit que par exemple les cadres du privé, les professions libérales ont voté à hauteur de 26%, les petits patrons et les petits artisans 22%, les agriculteurs 22%. Ce qui veut dire que les ouvriers ne sont pas les premiers en fait à voter Front National. Si on avait à mettre en fait une responsabilité, - mais c’est toujours assez mauvais de raisonner comme ça - , ca serait plutôt sur les professions libérales et les cadres du privé, il faudrait dire que là, ce sont eux les principaux électeurs du Front National.
    [...]
    De la même manière, si cette fois ci on prend en compte les différentes formes de la mobilisation électorales, c’est-à-dire les inscriptions sur les listes électorales, les abstentions, les votes blancs ou nuls et le vote, on s’aperçoit que là où se trouvent les ouvriers les employés, les chômeurs, ce n’est pas dans le vote mais c’est dans l’abstention.
    [...]
    Pascale Fourier : Il y a un petit quelque chose, non pas que j’ai pas compris, mais que j’aimerais bien qu’on souligne. Quand vous dites que 30% en fait ont voté pour le Front National, c’est 30% des votes effectifs; mais il y a eu énormément de personnes qui se sont abstenues. J’ai bien compris…

    Annie Collovald : C’est ça. Oui. Par exemple quand on se reporte aux travaux de l’INSEE, c’est-à-dire ceux qui travaillent vraiment sur les statistiques électorales et notamment sur les bureaux de vote et non pas sur des réponses à des sondages, on s’aperçoit d’abord que plus de 10% de la population française n’est pas inscrite sur les listes électorales, c’est-à-dire ne peut pas aller voter. Et que parmi ceux qui ne votent pas, ce sont plutôt les groupes les plus faibles. Ce sont par exemple les chômeurs à 31% et les ouvriers sans qualification : 32%. A l’inverse les intellectuels, les professeurs, les cadres du privé votent; ce n’est pas l’abstention leur principale orientation électorale.
    http://dsedh.free.fr/transcriptions/collovald95.htm
    Sur la définition du populisme : ICI. La transcription.
    Lien du site hébergeur (avec plein d'émission).

    Conclusion :
    • L'électorat du FN, c'est les professions libérales et les cadres. Les petits artisans aussi (petit patron), et les agriculteurs (petit patron).
    • Le vote ouvrier pour le FN est très probablement le vote ouvrier qui votait à droite et qui s'est radicalisé.
    • Le vote ouvrier de gauche est plutôt abstentionniste.


    La totale : les médias nous disent exactement le contraire. Ils se rassurent comme ils peuvent.

    logan

    Messages : 174
    Activité et ancienneté : 214
    Popularité des contributions : 44
    Date d'inscription : 21/02/2011

    Re: [Thèse] Sociologie du FN : le contresens

    Message  logan le Sam 16 Juil - 21:20

    Bon à rappeler. Merci.
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Thèse] Sociologie du FN : le contresens

    Message  Ninon74 le Lun 25 Juil - 23:25

    Très intéressant Alter Egaux, de la lecture pour demain en perspective.

    Merci.
    avatar
    Ninon74

    Messages : 779
    Activité et ancienneté : 887
    Popularité des contributions : 83
    Date d'inscription : 23/02/2011
    Age : 65
    Localisation : Cran-Gevrier

    Re: [Thèse] Sociologie du FN : le contresens

    Message  Ninon74 le Lun 25 Juil - 23:38


    Norvège: une ONG française met en cause les partis d'extrême droite européens

    Publié le 24.07.2011, 19h03


    Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) a mis en cause "les partis populistes et les extrêmes droites" européens dans l'attentat et la tuerie en Norvège, jugeant qu'ils portaient "une lourde responsabilité dans le climat délétère" en Europe.
    Revenant dans un communiqué publié samedi sur "les épouvantables tragédies de Norvège", le Mrap cite plusieurs partis et responsables politiques, estimant que "cette tuerie ne saurait se réduire au seul acte d'un déséquilibré".

    "Dans toute l'Europe, les partis populistes et les extrêmes droites - Front National en France, Parti du progrès en Norvège, Démocrates suédois (parti politique suédois nationaliste), Parti du peuple danois (PPD), Jobbik de Hongrie...(que leurs personnalités s'appellent Siv Jensen en Norvège, Geert Wilders aux Pays-Bas ou Marine Le Pen) - sans oublier en France la droite extrême qu'est la Droite populaire de l'UMP (...) - portent une lourde responsabilité dans le climat délétère qui pèse sur le continent tout entier", a écrit le Mrap.
    Il souligne qu'en Norvège, "le Parti du Progrès, nationaliste et xénophobe, à recueilli plus de 22% aux élections législatives de 2009", et que "sa leader a fait de l'islamophobie (...) la matrice de son discours politique. Ceci ne pouvait rester sans conséquences", juge le Mrap.
    Le mouvement appelle "à plus de vigueur dans la lutte contre les groupuscules d'extrême droite racistes ainsi qu'à plus de responsabilité pour combattre des politiques dont on sait qu'elles entretiennent la xénophobie et le rejet de l'Autre".
    La présidente du Front national français, Marine Le Pen, a réagi à cette mise en cause en accusant le Mrap de "récupérer" cet événement.
    "Une énième fois, le Mrap récupère un événement terriblement douloureux pour tenter de créer la confusion dans les esprits et faire progresser son combat militant", dénonce-t-elle.
    "Le Front national est évidemment parfaitement étranger à la tuerie norvégienne, qui est l'oeuvre d'un déséquilibré solitaire qui devra être châtié de façon impitoyable", a ajouté la responsable du FN.
    Au moins 93 personnes ont péri dans les deux attaques perpétrées à Oslo et sur une île située à une quarantaine de kilomètres de la capitale norvégienne, selon un nouveau bilan de la police qui a arrêté un suspect de 32 ans, décrit comme un "fondamentaliste chrétien", qui a reconnu les faits.
    Le massacre a entraîné une vague de condamnations internationales.

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/norvege-une-ong-francaise-met-en-cause-les-partis-d-extreme-droite-europeens-24-07-2011-1543736.php


    ....
    13h54: L'extrême-droite embarrassée. Les partis d'extrême droite européens rejettent tout amalgame avec les attentats de Norvège même si, selon des experts, leurs thématiques ont pu contribuer à une radicalisation du climat. Du Parti du Progrès (FrP) norvégien, auquel le tueur présumé a adhéré pendant quelques années, au Front national (FN) de la Française Marine Le Pen en passant par le Parti pour la Liberté (PVV) néerlandais de Geert Wilders, tous ont ostensiblement pris leurs distances avec celui qu'ils ont décrit comme un "malade" ou un "psychopathe".
    ......

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/direct-attentats-en-norvege-breivik-est-pret-a-passer-sa-vie-en-prison_1014796.html?xtor=EPR-181


    Oslo: la tragédie qui embarrasse le FN

    Par David Doucet, publié le 25/07/2011 à 13:05


    REUTERS
    Le double attentat commis à Oslo par un militant d'extrême droite inquiète le Front national qui craint des répercussions sur son image.

    L'attentat commis à Oslo par le militant d'extrême droite Anders Behring Breivik embarrasse sérieusement le Front national. Craignant les risques d'amalgame entre cet attentat et la mouvance nationaliste dans son ensemble, le député européen du FN, Bruno Gollnisch n'a pas attendu les critiques pour crier à la "manipulation médiatique".

    Visiblement agacé par la présentation faite par les médias d'Anders Behring Breivik, décrit comme un "fondamentaliste chrétien", Bruno Gollnisch a dénoncé dans un communiqué samedi, un "nouveau Carpentras". Une affaire dans laquelle le Front national avait été accusé de la profanation d'un cimetière juif en 1990. Selon l'ex-numéro deux du FN, l'appartenance présumée à la franc-maçonnerie rendrait peu crédible cette description du meurtrier.

    Oubliant au passage d'exprimer la moindre solidarité à l'égard des victimes norvégiennes, le député européen n'hésite pas non plus à comparer le double-attentat qui a eu lieu à Oslo avec celui de la synagogue de la rue Copernic en 1980 ou à la tuerie de Nanterre en 2002, perpétrée par un déséquilibré, militant chez les Verts. "La vérité, c'est qu'il ne saurait exister de responsabilité collective. Un assassin n'engage que ses complices effectifs et lui-même", explique l'ancien rival de Marine Le Pen pour la présidence du FN.
    ........


    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/oslo-la-tragedie-qui-embarrasse-le-fn_1014739.html?xtor=EPR-181

    Contenu sponsorisé

    Re: [Thèse] Sociologie du FN : le contresens

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 0:38