Forum du groupe de travail pour une Constituante


    Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Partagez
    avatar
    Xavier Marchand

    Messages : 115
    Activité et ancienneté : 198
    Popularité des contributions : 25
    Date d'inscription : 20/01/2011
    Age : 49
    Localisation : Hérault (34)

    Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Xavier Marchand le Mar 1 Nov - 9:33

    Un levier pour obtenir une constituante?
    Un referendum qui refuse de payer les dettes et ouvre une grave crise institutionnelle.
    Cela pourrait arriver en Grèce.
    C'est déjà arrivé en Islande!

    http://www.france-info.com/monde-europe-2011-11-01-referendum-sur-la-dette-grecque-le-precedent-islandais-572327-14-15.html


    Dernière édition par Xavier Marchand le Mer 2 Nov - 6:34, édité 1 fois
    avatar
    Alter Egaux

    Messages : 306
    Activité et ancienneté : 432
    Popularité des contributions : 58
    Date d'inscription : 17/02/2011
    Localisation : Seine et Marne

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Alter Egaux le Mar 1 Nov - 11:04

    Xavier Marchand a écrit:Un referendum qui refuse de payer les dettes et ouvre une grave crise institutionnelle.
    Cela pourrait arriver en Grèce.
    C'est déjà arrivé en Islande!
    Et les bourses s'effondrent actuellement. Laughing
    avatar
    Xavier Marchand

    Messages : 115
    Activité et ancienneté : 198
    Popularité des contributions : 25
    Date d'inscription : 20/01/2011
    Age : 49
    Localisation : Hérault (34)

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Xavier Marchand le Mar 1 Nov - 11:11

    Oui les bourses plongent logiquement, mais ce n'est pas un signe raisonnable. On sait combien les marchés sur-réagissent de façon irrationnelle.
    Ya pas que Lordon qui le dit Smile
    Plus importante, la haine dans les condamnations de la décision de Papandréou qu'on lit et voit partout.
    Il a ouvert la boîte de Pandore et on sent de la panique dans le ton de certains.
    On se rappelle leur tronche quand Chirac a décidé de soumettre le TCE à referendum.
    Un pasok grec qui fait du gaullisme, ça va envoyer grave.
    C'est historique, tout ça Smile
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  sitouayain le Mar 1 Nov - 14:16

    Oui c'est historique!

    A supposer que la question posée ne soit pas une entourloupe, il s'agit du premier acte décent de Papandreou,

    et une illustration qu'à force de mobilisation même un peuple faible, dès lors qu'il veut reprendre sa souveraineté à des moyens d'action pour faire trembler les puissants!

    ce choix (contraint) de papandreou est une des modalités de ce que j'appelle "la stratégie du bord du gouffre" dont j'ai déjà parlé ici

    reste à savoir si les autres peuples auront la décence d'imposer à leurs gouvernants des solutions constructives qui réaffirment la solidarité européenne...sinon, la théorie des dominos risque de s'appliquer sans perspective de sortie de crise par le haut...
    avatar
    Xavier Marchand

    Messages : 115
    Activité et ancienneté : 198
    Popularité des contributions : 25
    Date d'inscription : 20/01/2011
    Age : 49
    Localisation : Hérault (34)

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Xavier Marchand le Mar 1 Nov - 14:32

    Ouaip, ça devrait pas mal bouger sur les questions de démocratie! C'est le sujet principal de ce forum et l'actualité va le montrer de plus en plus.
    Ya des choses à penser, faire et réaliser ensemble avec les outils électroniques développés de part et d'autre...
    On a les crocs et les poils qui se dressent.
    Choppons les outils ;-)
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  sitouayain le Mar 1 Nov - 18:54

    "démocratie" versus "gouvernance", tel est le choix historique pour les peuples d’Europe, reste à savoir faire pour se donner les moyens d'avoir le choix!

    j'ai pas l'impression que sarkosy ira négocier avec un pistolet populaire sur la tempe...un pistolet patronal oui...
    avatar
    Alter Egaux

    Messages : 306
    Activité et ancienneté : 432
    Popularité des contributions : 58
    Date d'inscription : 17/02/2011
    Localisation : Seine et Marne

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Alter Egaux le Mar 1 Nov - 19:52

    Jacques Généreux a dit au "Téléphone Sonne" sur France Inter que Papandréou va perdre sa majorité à l'assemblée.

    N'est ce pas un coup pour rendre son tablier ?
    Ont t ils les moyens de négocier une défaut de paiment plus important (70% par exemple), en menacant de sortir de l'Euro ?
    Cela va t il suffir ?
    Et si la droite passe, ne veut elle pas sortir de l'Euro comme Jacques Généreux le prédit ?
    avatar
    Xavier Marchand

    Messages : 115
    Activité et ancienneté : 198
    Popularité des contributions : 25
    Date d'inscription : 20/01/2011
    Age : 49
    Localisation : Hérault (34)

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Xavier Marchand le Mar 1 Nov - 20:07

    J'aime bien Généreux mais j'ai une préférence pour Lordon.

    Les copains, soyons clairs...

    Les peuples d'Europe ne vont pas se contenter plus longtemps d'une alternance entre droite et gauche libérales.
    Pas plus en Espagne après le mouvement des indignés qu'en Grèce quand ils auront balancé Papandréou (qui sortira avec les honneurs du referendum).

    Et en France, Hollande ne fera pas l'affaire non plus.

    J'espère bien que nous sommes dans une dynamique de crise systémique qui ne rendra pas une simple alternance suffisante.

    La démocratie va parler. Même sans referendum ici, et aussitôt après l'échéance de 2012, qui nous paralyse le groin ici.

    Pour soigner un canasson déjà sonné, on lui tord le nez. C'est ça 2012 pour nous.
    avatar
    sitouayain

    Messages : 497
    Activité et ancienneté : 663
    Popularité des contributions : 131
    Date d'inscription : 21/02/2011
    Age : 34
    Localisation : Paris

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  sitouayain le Mar 1 Nov - 22:20

    le vote grec est "un coup de marteau porté au point le plus sensible de toute la construction européenne : son manque de soutien populaire et de légitimité"

    Gideon Rachman, Financial Times


    Toujours en angleterre, le Telegraph rapporte une blague qui circule dans les cercles financiers et au cabinet du ministre : ce serait bien qu'il y ait un putsch qui porte une junte militaire au pouvoir en Grèce, car une junte militaire n'a pas le droit d'être membre de l'Union Européenne...

    en allemagne, après le rappel du tribunal constitutionnel de la nécessité d'un vote du parlement pour autoriser la levée de fonds devant alimenter le Fonds de Stabilité, soit un coup dur et un rappel à l'ordre démocratique pour la CDU et Merkel, certains commentateurs s'étonnent de la réactions des marchés et des gouvernements face à la décision de Papandreou : ils croient tellement en leur plan de sauvetage qu'ils ne s'imaginent même pas que les grecs pourraient être assez idiot pour l'accepter....

    idiot les grecs, sûrement pas, mais leurs dirigeants socialistes les prennent pour des cons, on se croirait revenu en 2005 en France au moment du chantage du PS, jugez plutôt:
    Venizelos, ministre des finances de Papandreou avertit: „Les citoyens devront répondre à la question de savoir si nous sommes pour l'Europe, pour la Zone Euro et pour l'Euro. L'autre possibilité serait un retour à la drachme et à la Grèce des années cinquante et soixante." Voilà le chantage que faisait Venizelos avant d'être emmené dans un hôpital d’Athènes, pour soigner, selon des sources officielles, des désordres gastriques...

    en tous les cas, du point de vue Allemand, c'est tout autant les choix de la coalition Merkel (en particulier son refus de modifier les statuts de la BCE) que Papandreou qui sont sur la sellette:
    "Car n'importe quel citoyen, qui ne se sent plus représenté par la politique européenne du front uni des partis allemands, pourrait être amené à s'interroger, pourquoi donc les grecs auraient ils le droit de décider s'ils veulent être sauvés (sans guillemets dans le texte), mais pas les Allemands, pour savoir si eux et leurs enfants ont envie de porter sur leurs épaules une obligation de solidarité qui se compte en milliards. Ceci pourrait aussi expliquer que la nouvelle d'Athènes ait suscité une telle consternation."

    source: Frankfurter Allgemeine Zeitung
    avatar
    Alter Egaux

    Messages : 306
    Activité et ancienneté : 432
    Popularité des contributions : 58
    Date d'inscription : 17/02/2011
    Localisation : Seine et Marne

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Alter Egaux le Mer 2 Nov - 6:59

    La question du référendum grecque va très probablement être : "Voulez vous rester dans la zone Euro ? Oui ? Non ?"
    avatar
    logan2

    Messages : 29
    Activité et ancienneté : 40
    Popularité des contributions : 7
    Date d'inscription : 12/08/2011
    Age : 59
    Localisation : La Source

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  logan2 le Mer 2 Nov - 21:18

    Les revendications de la grève générale de 48 heures des 19 et 20 octobre, la plus importante depuis des années.


    ΚΑΤΩ Η ΚΥΒΕΡΝΗΣΗ ΤΗΣ ΠΛΟΥΤΟΚΡΑΤΙΑΣ ΚΑΙ ΤΑ ΚΟΜΜΑΤΑ ΤΟΥ ΚΕΦΑΛΑΙΟΥ
    À BAS LE GOUVERNEMENT DU CAPITAL ET DES PARTIS PLOUTOCRATIQUES


    ΚΑΜΙΑ ΘΥΣΙΑ ΓΙΑ ΤΗΝ ΠΛΟΥΤΟΚΡΑΤΙΑ
    TOUS LES SACRIFICES SERONT POUR LA PLOUTOCRATIE


    ΕΞΟΔΟ ΑΠΌ ΤΗΝ Ε.Ε.
    SORTIE DE L'UE


    ΔΙΑΓΡΑΦΗ ΤΟΥ ΧΡΕΟΥΣ
    ANNULATION DE LA DETTE




    Appel du syndicat ΠΑΜΕ

    ATHENES (Reuters) - Une grève générale de 48 heures, la plus importante depuis des années, a débuté le 19 octobre en Grèce pour deux jours.

    Malgré ce vaste mouvement de contestation, les députés, dont les 154 élus socialistes, ont adopté dans la soirée en première lecture un nouveau plan d'austérité. Ils devront encore se prononcer jeudi article par article.

    Ce nouveau train de mesures comprend notamment une réduction des salaires et des retraites dans la fonction publique, une hausse des impôts, une suspension des accords salariaux de branche et l'instauration du droit de licenciement dans l'administration.

    La grève de 48 heures entamée mercredi concerne les administrations, les entreprises, les services publics mais également les commerces de détail.

    Plus de 100.000 personnes sont descendues dans les rues d'Athènes.

    "C'est l'une des plus grandes manifestations de ces dernières années. Les gens montrent qu'ils sont déterminés à manifester contre les politiques suivies", a témoigné une manifestante, Mary Bossis, professeur à l'Université du Pirée.

    Nous n'en avons pas fini avec les manifestations. Nous sommes arrivés à un point où les gens ont le sentiment que le gouvernement ne les représente plus, où ils veulent un changement radical", a-t-elle ajouté.

    Impopulaire, le Premier ministre socialiste George Papandreou a réclamé le soutien de ses concitoyens sur sa politique d'austérité qu'il juge indispensable pour sortir la Grèce de son endettement.

    Après deux ans de ce régime drastique, la colère était évidente mercredi chez les manifestants furieux non seulement contre leur propre gouvernement mais aussi contre les créanciers internationaux exigeant une telle politique d'austérité.



    "Qui essaient-ils de tromper? Ils ne nous sauvent pas. Avec ces mesures, les pauvres deviennent plus pauvres et les riches plus riches. Et bien je dis: 'Non merci. Je ne veux pas de votre aide'", a déclaré un fonctionnaire de 50 ans, Akis Papadopoulos, dans un défilé.

    S'exprimant avant le vote, Nikos Kioutsoukis, l'un des responsables du syndicat du secteur privé GSEE, a jugé que les députés auraient dû rejeter les nouvelles mesures d'austérité "s'il leur reste encore un peu d'humanité, de décence, de fierté et d'esprit national".

    En Crète, plus de 20.000 personnes ont manifesté contre l'austérité, et dans les villes de Thessalonique, Volos, Lamia et Patras.

    Quelque 400 dockers se sont rassemblés à l'entrée du port du Pirée tandis qu'un millier de gardiens de prison se sont réunis devant le ministère de la Justice.

    Les contrôleurs aériens ont décidé d'assouplir leur mouvement et d'observer un débrayage de douze heures seulement (de minuit à midi) pour ne pas pénaliser les voyageurs. Un porte-parole de l'aéroport d'Athènes a indiqué que 150 vols nationaux et internationaux avaient été annulés tandis que 16 vols ont été reportés.

    Cette grève survient avant un sommet de l'Union européenne dimanche consacré à la crise de la dette souveraine dans la zone euro et à la question du déblocage d'une nouvelle tranche d'aide pour permettre à la Grèce de faire face à ses échéances financières au-delà du mois de novembre.

    George Papandreou dispose d'une courte majorité de quatre sièges au Parlement mais il a réussi à maintenir la discipline au sein du groupe parlementaire du Pasok, dont les 154 députés ont voté en faveur de son projet.

    Le malaise est pourtant perceptible chez les députés socialistes, dont un a démissionné lundi en signe de protestation contre l'austérité.

    "Il est évident que la société a atteint la limite du supportable", a déclaré une députée Pasok, Elpida Tsouri.
    avatar
    Alter Egaux

    Messages : 306
    Activité et ancienneté : 432
    Popularité des contributions : 58
    Date d'inscription : 17/02/2011
    Localisation : Seine et Marne

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Alter Egaux le Jeu 10 Nov - 21:34

    La gauche molle grecque cherche une alliance avec la droite et l'extrême droite grecque :

    La gauche radicale et les communistes refusent de participer
    Les chefs de trois partis, Georges Papandréou du Pasok (socialiste), Antonis Samaras de la Nouvelle-Démocratie (droite) et Georges Karatzaféris (extrême droite) se sont de nouveau rencontrés à la présidence de la République à 10h, après l'échec d'une première réunion mercredi soir. Georges Papandréou s'est entretenu au téléphone mercredi avec Lucas Papademos, 64 ans, a-t-on indiqué de source proche du Pasok. En arrivant à la réunion, à laquelle les dirigeants des partis de gauche radicale et communiste ont refusé de participer, le leader de droite Antonis Samaras a souhaité qu'elle soit «la dernière».

    Mercredi soir, point d'orgue d'un psychodrame médiatico-politique qui agite la Grèce depuis l'annonce avortée d'un référendum par Georges Papandréou, le dirigeant d'extrême droite avait quitté la résidence présidentielle très rapidement, en dénonçant le choix initial des chefs des deux principaux partis qui s'était alors porté sur le président du Parlement grec, Philippos Petsalnikos. Dans la soirée, on apprenait par ailleurs que plusieurs députés socialistes ou conservateurs s'étaient aussi vivement élevés contre ce choix, un compagnon de route historique de Georges Papandréou, lequel quitte ses fonctions avec une très mauvaise image dans l'opinion grecque.
    http://www.20minutes.fr/monde/821224-grece-ex-vice-president-bce-lucas-papa…

    Je me demande si ce n'est pas ce que Hollande va faire, vu comme il traite ses partenaires comme EELV : une alliance avec le centre droit.
    avatar
    logan2

    Messages : 29
    Activité et ancienneté : 40
    Popularité des contributions : 7
    Date d'inscription : 12/08/2011
    Age : 59
    Localisation : La Source

    De bonnes nouvelles de Grèce tirées du site Passerelle Sud

    Message  logan2 le Ven 11 Nov - 9:12

    Bonjour Alter Égaux, je n'ai aucune confiance en Hollande et son équipe, ce n'est pas bien sûr Papandréou, mais sûrement une politique du même style, du style « rassurer les marchés », je serais tenté de l'appeler : Oncl'Andréou, comme il y a l'Oncle Picsou. Le ΡΑΣΟΚ veut gouverner avec l'extrême-droite, ce n'est pas étonnant, ils mènent une politique d'extrême-droite contre les travailleurs avec les plans de rigueur UE-FMI à répétition.
    Je n'ai aussi aucune confiance dans une idéologie fédéraliste, du type : « Une Autre "construction" européenne est Possible !!! », type même de l'idéologie de substitution de ceux qui ont renoncé au socialisme.

    De bonnes nouvelles de Grèce tirées du site Passerelle Sud :

    Une chose intéressante a eu lieu aujourd’hui dans une petite ville de Grèce. Les gens ont stoppé les parades militaires de l'anniversaire de notre entrée dans la seconde guerre mondiale et dès qu’un politicien se montrait, ils le huaient et lui jetaient de délicieux œufs et yaourts pourris au visage. Dans la ville de Trikala, un jeune homme a attaqué l’un d’entre eux en lui tapant derrière la tête ; la police présente a immédiatement arrêté le jeune homme et l’a mis dans le panier à salade. Un miracle a alors eu lieu ! Les gens présents ont formés un cercle solide autour du car de police en exigeant que le jeune homme soit libéré en criant que les traîtres et les voleurs sont ceux qui devraient aller en prison, pas lui. Et les policiers ont succombé à la demande populaire et ont laissé le jeune homme partir… TOUT EST POSSIBLE SI NOUS DEMEURONS UNIS !!!!!
    Je ne cherche pas à instiller la peur ou la déception dans vos cœurs, au contraire ! le peuple S’EST LEVÉ et crée de la solidarité, avec l’espoir d’un avenir meilleur, une société meilleure, un mode de vie meilleur. Nous nous rassemblons, essayant de créer des jardins communaux, sur les balcons, les toits, pour nourrir les gens. Des médecins et des infirmières avec une conscience montent bénévolement des unités de soins, de l’aide juridique est fournie par quelques juristes intègres dans les grandes villes ; les gens commencent à s’unir, à échanger des biens et des services sans se servir d’argent et à s’organiser. Il est très tôt encore mais les signes d’une telle solidarité commencent à se voir !
    Je vous demande instamment de montrer votre solidarité avec notre peuple en soulevant la conscience pour la VÉRITÉ n’importe où que vous soyez. Nous ne devrions pas nous trouver seuls dans ce combat parce que ce qui se passe ici va s’étendre à d’autres pays à cause des gangsters de la finance qui essaient d’imposer leur domination sur le monde.


    Intégrale ici : http://passerellesud.org/Lettre-grecque-Bonjour-depuis-une.html
    avatar
    logan2

    Messages : 29
    Activité et ancienneté : 40
    Popularité des contributions : 7
    Date d'inscription : 12/08/2011
    Age : 59
    Localisation : La Source

    Que se passe-t-il vraiment en Grèce ? Décembre 2011

    Message  logan2 le Ven 16 Déc - 10:54

    Que se passe-t-il vraiment en Grèce ? Décembre 2011






    http://www.dailymotion.com/video/xmzoi1_que-se-passe-t-il-vraiment-en-grece-dec-2011_news



    Cliquez sur l'image ou sur le lien pour visualiser une vidéo dailymotion d'une durée de 20 mn : Un témoignage édifiant de Dimitri Makrygiannis sur les effets de la BCE, de la Commission Européenne et du FMI, de la « construction » européenne réellement existante, en Grèce en cette fin d'année 2011. La France suit-elle le même chemin ? Cette intervention plus qu'alarmante a eu lieu à l'Assemblée Citoyenne de Grabels, une commune de l'Hérault près de Montpellier.




    Ceux qui préfèrent lire du texte pourront se référer au blog de l'historien et ethnologue-anthropologue grec Panagiotis Grigoriou :
    http://greekcrisisnow.blogspot.com/


    Dernière édition par logan2 le Ven 16 Déc - 13:06, édité 1 fois (Raison : Le lien-image ne fonctionne pas pour les non-membres du forum, d'où le rajout d'un lien hypertexte.)

    Contenu sponsorisé

    Re: Un referendum, un NON, une Constituante (Grèce)

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 28 Juin - 0:24