Forum du groupe de travail pour une Constituante


    Démocratie réelle

    Partagez

    Rozé

    Messages : 3
    Activité et ancienneté : 7
    Popularité des contributions : 0
    Date d'inscription : 05/07/2011
    Age : 72
    Localisation : Montigny le bretonneux

    Démocratie réelle

    Message  Rozé le Mar 17 Jan - 22:59

    Il n'y a pas de sot métier ...

    Ce slogan répété par nos anciens n'a pourtant aucune valeur. Il existe des métiers pénibles et d'autres qui sont plutôt tranquilles et agréables. Certes les uns et les autres sont souvent utiles à la société. Nous avons besoin d'éboueurs, nous avons besoins de députés pour voter les lois.

    Mais le fait que les uns et les autres soient tout aussi utiles à la société ne justifie pas le slogan.

    Il est préférable d'être député plutôt que d'être éboueur. C'est tellement vrai que l'emploi de député, si j'ose dire, est très recherché.

    A tel point que les députés et d'autres hommes politiques, constituent une véritable classe qui cherche à se maintenir, voire même à se perpétuer. Cette situation est tout à fait inéquitable si on adopte le point de vue de l'éboueur. Elle est surtout très dangereuse pour la démocratie. En effet cette classe d'hommes censés nous représenter, oeuvrent d'abord pour se maintenir dans cet emploi doré et votent peu à peu des lois qui leur sont favorables. Ce faisant, cette classe d'hommes dits politiques se corrompt et devient toujours plus dépendante du pouvoir financier des grandes multinationales.

    Notre classe politique actuelle (droite, gauche, centre) ne représente plus, fidèlement, la diversité des couches sociales du pays. Notre classe politique actuelle est incapable de voter des lois justes qui correspondent aux aspirations de tous les français.

    Il faut donc balayer cette classe politique actuelle; là dessus, presque tout le monde est d'accord, hormis cette classe coupée du réel. C'est un peu le même scénario que ce qui se passe en Tunisie, Egypte, Yemen, Syrie, ...

    Mais que faire ensuite ?

    Recréer une nouvelle classe politique basée sur des élus avec un système plus représentatif des différents courants d'opinion ? Ce n'est pas une bonne idée, car ces élus ne sont déjà pas, par eux mêmes, parfaitement représentatifs de la diversité sociale du pays. S'ils se présentent, c'est par goût pour la chose politique, par ego, par relations, par besoin d'apparaître sur la scène publique. Leur motivation profonde n'est pas l'abnégation et le souci de rendre service à leurs semblables. Même s'ils sont élus dans un système de vote plus représentatif du peuple, ils constitueront encore une classe à part et il y a fort à parier qu'ils retomberont dans les mêmes travers que leurs prédécesseurs.

    En fait, c'est le système des élections qu'il faut remettre en cause.

    Prenons le problème à l'envers: les futurs membres de l'assemblée législative de ce pays se doivent de voter des lois les plus justes possible pour l'ensemble des français, des lois dans l'intérêt général.

    Dans cette phrase, notons les mots qui sont les plus significatifs: juste, intérêt général.

    Juste nous renvoie à la justice; et comment fait on pour juger en assises ? On fait appel à des jurés, c'est à dire des gens, comme vous et moi, choisis au hasard.

    Intérêt général implique que les membres de l'assemblée législative soient parfaitement représentatifs de l'ensemble des couches sociales du pays (étudiants, chômeurs, ouvriers, employés, cadres, professions libérales, patrons d'entreprise, retraités, ...). L'Insee fournirait la liste des couches sociales ainsi que les pourcentages de personnes appartenant à ces couches sociales.

    On voit ainsi apparaître la clé de notre problème: les membres de l'assemblée législative sont choisis au hasard en respectant de façon proportionnelle leur appartenance aux diverses couches sociales. Notre assemblée devrait donc comprendre et% d'étudiants, ch% de chômeurs, o% d'ouvriers, em% d'employés, ... Le poids des 'petites gens' devrait donc être très supérieur au poids des 'nantis' ou des intellectuels. Remarquons également, que du fait du tirage au hasard, la parité hommes femmes serait sans doute bien respectée.

    Le mandat des membres de l'assemblée législative sera relativement court (14 semaines, 6 mois, 1 an ?). Durant leur mandat les membres percevront l'équivalent de leur rémunération avant mandat. Leurs frais de mandat seront payés sur justificatifs; ils ne pourront en aucun cas devenir des avantages en nature. En fin de mandat, le membre retrouve son poste initial. Il n'y a donc pas lieu de maintenir un système de retraite et/ou de protection particulier. Le membre de l'assemblée législative est un citoyen lambda comme les autres. Une loi ne devrait plus être nommée Dugenou ou Ducoude !

    Cette assemblée voterait sans doute beaucoup de lois sociales et aurait peut être tendance à favoriser les petites gens au détriment des nantis. Ce serait une juste revanche, mais n'y a t il pas le risque de mettre à sac le budget de l'Etat ?

    Sans doute ! Il faut donc contrebalancer le pouvoir législatif par un pouvoir comptable. Un peu comme l'ordonnateur d'un établissement scolaire qui est 'encadré' par un intendant. L'un est responsable des actions entreprises, l'autre est responsable des finances de l'établissement. De même le pouvoir législatif sera encadré par le pouvoir comptable de l'Etat, en gros l'actuel ministère des finances, responsable des finances de l'Etat. Le pouvoir législatif déterminera les actions à entreprendre dans le sens de l'intérêt général tandis que le pouvoir comptable de l'Etat vérifiera que l'action visée est compatible avec les ressources de l'Etat. Le rôle de l'institution comptable sera limitée strictement au fait comptable. Il ne doit pas exister de possibilité que le pouvoir comptable influence le pouvoir législatif.

    Cette assemblée constituée en majorité de gens simples ne risque-t-elle pas de voter des lois populistes ? de ne pas comprendre tous les problèmes auxquels un pays est confronté ?

    Si nous avons admis jusqu'à présent que nous pouvions faire confiance à des élus appartenant à une classe politique plus ou moins coupée du peuple, nous pouvons admettre que la majorité des gens, même simples, sait faire preuve de bon sens. De plus parmi ces gens simples et surtout parmi les membres issus d'une classe sociale plus favorisée, il y a des intellectuels capables de voir quels sont les problèmes posés et capables aussi de l'expliquer à ceux qui n'auraient pas encore compris. Enfin, l'institution comptable est là pour montrer très précisément et à tout instant l'impact des lois projetées ou votées sur les ressources de l'Etat.

    Prenons un exemple sensible: l'immigration. Faut il l'accroitre, la maintenir à son niveau actuel, la diminuer sous réserve que l'appareil législatif ait une action significative ? Dans le système actuel, la classe dirigeante dit vouloir diminuer cette immigration pour faire plaisir à un électorat de droite. La plupart des petites gens pensent que c'est une bonne chose de diminuer l'immigration, car, leur 'bon sens' leur dit que moins d'immigration signifie moins de chômage des 'vrais français' ! A l'inverse, le patronat du bâtiment, de la restauration, de l'entretien n'hésite pas à encourager une immigration, parfois clandestine, afin de disposer d'une main d'oeuvre bon marché et très flexible (comme ils disent). Au final, la classe dirigeante dit moins d'immigration mais n'agit pas, tandis que le patronat agit efficacement pour plus d'immigration !

    Dans le nouveau système, les petites gens ferons voter une loi tendant à restreindre l'immigration tandis que le patronat agira pour augmenter l'immigration. Même l'institution comptable pourra alerter sur le fait que moins d'immigration signifie aussi moins de recettes pour l'Etat. En gros, on peut en déduire que rien ne sera changé en termes de politique d'immigration tant que la position du patronat d'une part et celle des immigrés d'autre part n'aura pas changé ! Sur cet exemple sensible de l'immigration, on voit que le populisme n'aggrave ni n'atténue le problème économique de l'immigration.

    En résumé:

    Il ne sert à rien de virer la classe politique actuelle pour en remettre une autre à la place ... qui retombera dans les mêmes travers. Le populisme n'est ni pire, ni meilleur, que l'oligarchie actuelle.

    Le choix de membres du législatif, tirés au hasard est donc tout à fait possible sous réserve du respect de la représentativité proportionnelle des diverses couches sociales de la société française.

    Ce tirage au hasard, déplait fortement à tous ceux qui espèrent satisfaire leur ego dans la chose politique; ces gens seront les principaux détracteurs ! En bon démocrate, j'écouterais leurs arguments, les pèseraient, les analyseraient afin de pouvoir débattre sereinement.

      La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 22:50