Forum du groupe de travail pour une Constituante


    Contre le centralisme intellectuel et moral

    Partagez

    Sondage

    Etes vous pour la publicité des comptes publics et privés ?

    [ 1 ]
    100% [100%] 
    [ 0 ]
    0% [0%] 
    [ 0 ]
    0% [0%] 
    [ 0 ]
    0% [0%] 

    Total des votes: 1
    avatar
    Joinneau

    Messages : 78
    Activité et ancienneté : 90
    Popularité des contributions : 2
    Date d'inscription : 30/01/2011
    Age : 47
    Localisation : Cherbourg-Octeville

    Contre le centralisme intellectuel et moral

    Message  Joinneau le Dim 30 Jan - 4:17

    Bonjour à tous...

    J'apporte ici ma réflexion personnelle sur les tendances générales à moyen et long terme.
    Je suis prêt à sacrifier beaucoup pour un changement radical de régime et de constitution , mais je ne souhaite pas que ce changement prenne la forme d'un mouvement spontané et irréfléchi.
    Je souhaite au contraire un changement de civilisation en profondeur, c'est à dire que l'ensemble des tendances conjoncturelles doivent être prises en compte sans pour autant se laisser enfermer dans la "conjoncture" actuelle proprement dite. Le culte du présent ne doit pas nous empêcher de voir l'avenir.

    Ceci mérite quelques éclaircissements:


    Sur le plan technique tout d'abord:
    La tendance à moyen et long terme est la démocratisation des TIC, avec son cortège de modifications substantielles:

    1- du rapport des masses à la connaissance:

    La connaissance illimitée et en libre accès est une réalité émergente et croissante, néammoins l'appropriation de cette connaissance est chronophage. Les élites sociales débordées de travail n'en maitriseront qu'une partie. Il en résulte que les masses privées d'emploi sont celles qui s'approprieront le plus de connaissances au cours du siècle à venir. C'est une tendance conjoncturelle, irréfutable et irréversible.

    2- du rapport des masses au concept de vérité: les élites aux abois !

    La définition de la vérité, qu'elle soit scientifique ou philosophique, était, jusqu'à récemment, le privilège des élites sociales, qu'elles soient de droite ou de gauche.
    Les masses privées d'emploi, plus nombreuses, plus disponibles et ayant accès à la quasi totalité du savoir humain prendront le dessus. La vérité des masses, sourcée et vérifiable s'opposera a la vérité des élites.

    3- du rapport des masses à la politique,

    Puisque les masses finiront par l'emporter sur les élites cela aura (et a déjà) des conséquences sur "l'autorité" des élites et des partis censés jusqu'alors représenter les masses, et cela concerne aussi bien la droite que la gauche. Cette autorité est de plus en plus contestée, et condamnée à perdre ses privilèges. L'intelligence collaborative et l'intelligence collective finira par transcender et dépasser l'intelligence du "bureau politique", "think tank" et autre "comité central".

    Sur le plan scientifique:

    L'intelligence artificielle, encore balbutiante et néammoins sur les rails, induit à long terme des questions philosophiques essentielles qui mettront à mal le concept de neutralité philosophique constitutif de la laicité.
    Lorsque la survie même de la collectivité humaine est en jeu, toutes les philosophies, toutes les religions, ne se valent pas. Des choix cruciaux devront être définis.
    Un contrat moral doit lier la collectivité et les mouvements philosophiques.
    A la manière du serment d'Hippocrate pour les médecins,"tu ne doit pas nuire ", il sera a terme exigible de toute profession d'être assermentée.
    La constitution peut donc prévoir la translation et la généralistion du serment d'Hippocrate.

    Ainsi, le community manager, l'ingénieur nucléaire, l'homme de média, le philosophe ou le prosélyte religieux seront liés à la république par un serment commun...par ce serment ils s'interdisent de nuire à la société. Quitte à se soumettre aux fourches caudines de la critique publique. Quitte à se soumettre à un tronc commun d'enseignement dispensé par la république.

    Toujours dans la même optique, mais sur un autre registre, on peut exiger la publicité des comptes privés et publics:

    La publicité des comptes des entreprises et associations , tant publiques que privées sera un grand pas dans la compréhension scientifique de l'économie. Cela permettra d'affiner la politique fiscale et économique.
    Si le vingtième siécle s'autorisait pas mal d'approximations sur le plan fiscal et économique, ces approximations ont couté des millions de vies humaines.
    Le vingt et unième siècle sera scientifique ou ne sera pas.






    Dernière édition par Joinneau le Dim 30 Jan - 4:20, édité 1 fois (Raison : orthographe)

      La date/heure actuelle est Mer 28 Juin - 0:23